© Getty Images

Anderlecht, Bruges et le Standard qui se barrent de la Pro League? On reste calmes, mais il y a bien des discussions

19 octobre 2016

Il y a quelques jours le directeur général du FC Copenhague balançait dans la presse l'idée d'une ligue européenne composée des meilleurs équipes des "petits" championnats. On savait déjà que Bruges et Anderlecht étaient concernés, eh bien apparemment le Standard aurait aussi été approché. On a essayé de voir si cette réforme était prise au sérieux et la Pro League y est en tout cas farouchement opposée. À Anderlecht, on confirme avoir eu des contacts. Du côté de Bruges et du Standard, c'est le silence radio.

Un championnat européen composé des meilleurs équipes des petits championnats? C'est la proposition de plusieurs clubs scandinaves qui a été lâchée dans les médias par le directeur général du FC Copenhague jeudi dernier.

L'initiative peut étonner mais c'est en fait lié à la réforme de la Ligue des Champions qui s'active dans les coulisses du football européen et qui vise à privilégier les grands clubs.

En plus, les clubs des petits championnats font face à une concurrence économique sans précédent de la part des grands, et il deviendra de plus en plus difficile pour eux de se faire une place au soleil. D'où l'initiative de se regrouper, parce qu'on est plus fort ensemble, tout simplement.

"On a écouté, point à la ligne"

"On a reçu des personnes qui sont venus nous faire des présentations", nous concède David Steegen, le responsable de la communication pour le Sporting d'Anderlecht. Mais ce serait "loin, loin, loin d'être concret. (...) On a écouté point à la ligne", affirme-t-il.

Mais il explique aussi que ça s'active en coulisse pour réformer l'Europa League et la Champions League: "Il est vrai que certains clubs de certains championnats deviennent très très riches et ils n'ont plus envie de jouer de petits matchs. Donc tout le monde est en train de réfléchir pour garder le football attractif pour tout le monde."

"Quand on voit les affiches en Europa League..."

La position d'Anderlecht est donc de pouvoir se maintenir dans le concert européen tout en proposant un football compétitif. Mais "quand on voit aujourd'hui les affiches en Europa League, il n'y a pas beaucoup d'intérêt. Pour des matchs contre Qabala, Saint-Etienne même et Mainz (...), c'est pas terrible, tout le monde le voit." C'est vrai qu'en plus d'être très peu rentable, l'Europa League n'est pas forcément sexy en phase de poules non plus. "Et quand on voit que même en Champions League, Bruges n'arrive pas à remplir son stade,...", conclut un David Steegen perplexe.

Du côté du Standard, on n'a pas de "commentaires/réactions" à faire à ce sujet là. Tandis qu'à Bruges, le responsable de la communication n'a pas vraiment l'air de savoir de quoi on parlait. Des contacts ont cependant bien existé avec les deux clubs mais il se chuchote que Vincent Mannaert, le manager du Club de Bruges, ne serait pas favorable à ce mini-championnat européen.

"Une opposition totale au projet"

Une nouvelle qui doit ravir la Pro League. Ou pas. Le directeur général, Pierre François, a expliqué à newsmonkey: "Notre position a été immédiate et ferme: c'est une opposition totale au projet."

Il y a des raisons évidentes à cela. Car si des équipes comme Anderlecht, Bruges et le Standard quittent la Pro-League pour ce "championnat pan-européen, même si partiel, ce serait dévaloriser la compétition belge dans son ensemble." Mais pas seulement: "Ce serait aussi un transfert des droits TV vers d'autres horizons, ce ne serait pas bon pour la professionnalisation des autres clubs, mais aussi pour l'attractivité de notre compétition et pour tous les joueurs sous contrat professionnel, ainsi que pour la formation des jeunes". Des raisons qui tombent toutes sous le sens.

Il faut aussi compter avec le problème de compatibilité qu'il existerait avec les autres compétitions et les règles de l'UEFA et de la FIFA. "Qu'on le veuille ou non, on dépend quand même dans le monde du football d'une pyramide qui remonte jusqu'à la FIFA."

Compensation pour les petites et moyennes compétitions?

Pourtant, d'un autre côté, l'UEFA semble déjà avoir acté la réforme de la Ligue des Champions voulue par les grands clubs européens. Une aide financière visant à aider les ligues de petites et moyennes tailles a même été suggérée par le nouveau président de l'UEFA, Aleksander Ceferin.

En fait, l'UEFA distribue déjà des sommes, que l'on appelle les "Fonds Champions League", aux différentes associations nationales en vue de les redistribuer aux clubs. "La manière dont ces sommes sont réparties doivent faire l'objet d'un examen, c'est certain", poursuit Pierre François. "Et c'est un point que je me permettrai d'aborder dans deux jours lors de l'Assemblée des Ligues européennes à Zurich."

Mais pour ce qui est de cette compétition "pan-européenne" à laquelle participerait Anderlecht, Bruges et le Standard, la réponse du directeur de la Pro League est très clair: "c'est no way".

Bref, c'est tout le football européen qui réfléchit à son avenir. Et si toutes ces discussions ne sont qu'au stade embryonnaire, les compétitions européennes sont appelées à prendre d'autres formes. Qu'on le veuille ou non, le train est en marche.

Déjà lu?

Déjà lu?