© istock

La réforme de l'enseignement est presque bouclée: l'école comme tu l'as connue, c'est fini

1 décembre 2016

Le groupe central qui préside le "Pacte pour un enseignement d'excellence" doit donner son dernier avis ce jeudi. Mais cette grosse réforme est presque prête et transformera l'école à tous les niveaux: les cours, les contenus, les horaires, la formation des professeurs, etc. 

Tu en entends parler depuis plus d'un an mais cette fois, il est quasi prêt. Il reste une formalité: l'avis final du groupe central (réunissant experts, syndicats, parents et pouvoirs publics) qui préside ce fameux "Pacte pour un enseignement d'excellence". Et puis, le texte sera transmis au politique en janvier 2017. L'ex-ministre de l'Éducation Joëlle Milquet (cdH) en avait écrit les premières lignes dans le but "d’accroître la qualité de notre enseignement en adaptant l’école aux défis du 21ème siècle". Et c'est dans ce même esprit que la ministre de l’Éducation actuelle Marie-Martine Schyns (cdH) est sur le point de présenter le texte final.

Dès septembre 2019, les élèves de maternelle devront suivre un tronc commun jusqu'à leurs quinze ans. Ils serviront en quelque sorte de cobaye car le contenu du tronc pourrait ensuite être réadapté. Les élèves de l’enseignement général, technique et professionnel devront suivre les mêmes cours de la maternelle jusqu’à la troisième secondaire. Les filières techniques et professionnelles seront donc fusionnées, le latin sera obligatoire pour tous, et un accent sera donné aux compétences manuelles, techniques et technologiques. De nouveaux cours viendront aussi s'ajouter: économie, sciences humaines et sociales, créativité, engagement et esprit d'entreprendre, et même un cours pour "apprendre à apprendre".

Choisir son métier à partir de 15 ans?

À côté de la filière de transition dans le secondaire supérieur, l'option "qualifiante" pour apprendre un métier spécifique sera redéfinie. Ses options seront clarifiées: il n’y aura plus de différences entre les cours techniques et professionnels. Comme le tronc commun sera plus long (de trois à quinze ans), l’enseignement qualifiant passera lui de quatre à trois ans.

Le plus gros changement: les élèves ne bénéficieront plus de l’année à "options génériques" qui leur donnait du temps avant de choisir une orientation précise. Ils devront désormais choisir leur futur métier à 15 ans après un seul trimestre de cours généraux. Et ce sera difficile de revenir en arrière car le diplôme de qualification ne donnera plus accès à l’enseignement supérieur. Une septième année sera nécessaire pour pouvoir s’inscrire à l’université ou dans une haute école.

Passer un bac comme en France mais à 15 ans?

Le Pacte veut qu’à terme les écoles primaires organisent elles-mêmes les trois premières années du secondaire. Tu resterais donc dans le même bâtiment jusqu’à tes 15 ans. Pourquoi? Le fait de changer d’école entraine une "présélection" des élèves parce que tu choisis ton école secondaire en fonction des options. Ce tronc commun proposera des options équivalentes, et ce n'est qu'à la fin que les élèves changeront d'école et s'orienteront dans un domaine précis.

Et ce n'est pas tout: les évaluations vont aussi changer. Le nombre d’évaluations "formatives" pour orienter les élèves seront plus nombreuses. Par contre, le nombre d’évaluations "certificatives" qui déterminent si tu as réussi ou raté sera réduit. Par exemple, le CEB que tu as passé en fin de sixième primaire n’existera plus. À la place, tous les élèves devront passer le même CTC ("Certificat du tronc commun") à la fin du tronc, c’est-à-dire à 15 ans. Ils devront obligatoirement le réussir mais le conseil de classe de chaque école aura encore son mot à dire.

Le but final: diminuer les redoublements de 50%

Le groupe central ne veut pas que les élèves "ratent le train de l’enseignement". Ils investiront donc une grosse partie du budget dans l’enseignement maternel. Les élèves seront mieux encadrés: de nouvelles classes s’ouvriront, des nouveaux enseignants et au moins une puéricultrice par école seront engagés. Il y aura également un référentiel pour toutes les écoles. Les enfants seront aussi plus souvent évalués pour mieux les orienter.

Ces changements dès le plus jeune âge ont pour but de diminuer de moitié le nombre de redoublements d’ici 2030 et donc d'épargner 64 millions d’euros. Parce qu’actuellement en Communauté française, un élève sur deux de quinze ans a déjà doublé au moins une fois, selon plusieurs études. Le rêve du Pacte est de rendre l’école obligatoire à partir de trois ans. Mais cela nécessite une réforme de la Constitution, ils ne pourront donc travailler que sur le taux de fréquentation.

Tu l’auras compris, cette réforme ambitieuse transformera complètement l’école que tu as connue. Et pour cela, de gros moyens budgétaires seront débloqués: le groupe central parle déjà d'un investissement d'au moins 250 millions d'euros...

Déjà lu?

Déjà lu?