© epa

De nouveau 240 dauphins se sont échoués en Nouvelle-Zélande, ce qui fait près de 650 animaux marins échoués en deux jours

11 février 2017

Après les 400 dauphins échouées d'hier matin, la Nouvelle-Zélande vit une deuxième catastrophe animalière. Ce matin, 240 de plus sont venus s'échouer sur la plage de Farewell Spit dans la Golden Bay. En à peine deux jours, ce sont près de 650 dauphins qui sont venus s'échouer sur la plage néo zélandaise. 335 d'entre eux sont malheureusement morts, 200 se battent pour leur vie et 100 ont été sauvés. 

Dans la nuit de jeudi à vendredi, 400 dauphins, surnommés aussi baleines-pilotes, s'étaient déjà échoués sur la plage de Farewell Spit dans la Golden Bay. Depuis, entre 200 et 250 autres sont venus eux aussi s'échouer sur la plage aujourd'hui, ce qui fait au total de 650 dauphins échoués en deux jours. Les bénévoles ont travaillé jour et nuit pour essayer d'en sauver un maximum. Ils ont déjà pu en sauver une centaine, mais 335 dauphins morts jonchent déjà la plage néo zélandaise.

Mais entre-temps, 200 animaux marins se battent toujours pour leur vie sur cette plage. Les volontaires ont déjà compté plus de 335 cadavres qui resteront probablement sur cette plage, et décomposeront à terme.

Le boulot de bénévole n'est pas très facile. Il faut garder les baleines-pilotes froides, les mouiller à l'aide s'eau et de linges humides. Le but du sauvetage, est de garder les baleines en vie jusqu'à ce que la marée remonte et il faut alors les pousser pour les remettre à l'eau. C'est une manoeuvre qui n'est pas facile, parce que les eaux sont dangereuses dans ce coin-là. Requins, raies venimeuses, il faut faire très attention.

D'ailleurs, le directeur du Département de Conservation néo zélandais, Mike Ogle a déclaré que les dauphins auraient pu être effrayés par un requin alors qu'ils se trouvaient dans des eaux peu profondes. Ils auraient déjà retrouvé des cétacés mordus par des requins dans cette zone au large de Farewell Spit. Il a également déclaré que le nombre de bébés et de mamans laisse à penser que ce naufrage massif serait dû à la migration saisonnière.

En tout cas, cela faisait maintenant le troisième "troupeaux" de baleines-pilotes qui s'est échoué. Ce nombre de baleines échouées est un malheureux record pour la Nouvelle-Zélande, c'est tristement historique.

Lire aussi

Déjà lu?