© vrt

Sondage mortel pour Siegfried Bracke (N-VA): Gand, sa ville natale, ne veut plus de lui

18 février 2017

Un sondage à Gand sur l'impact de l'affaire Publipart et Telenet s'est révélé particulièrement dur pour Siegfried Bracke (N-VA). A peine 2,1% de sondés gantois veulent de lui comme futur bourgmestre de la ville. 87,6% n'ont pas confiance en lui, 61,7% pensent qu'il devrait démissionner en tant que membre du conseil communal et 64,9% veulent qu'il quitte son poste de président de la Chambre.

Rarement une semaine n'avait été aussi mortelle pour un homme politique que les sept derniers jours de Siegfried Bracke (N-VA). Le journal De Gentenaar (Le Gantois) a fait réaliser un sondage par iVox sur 715 Gantois. Basé sur le sexe, l'âge et les qualifications des participants, cet échantillon se veut représentatif de l'électorat de Gand. La marge d'erreur est de 3,6%.

Les résultats sont dévastateurs pour Bracke. Les dégâts ne concernent pas le sp.a (Socialistes), mais la N-VA et leur chef de file. Rien ne va plus avec sa popularité (et la population de Gand). Un pourcentage juste hallucinant de 87,6% a répondu négativement à la question "Avez-vous encore confiance en Siegfried Bracke en tant qu'homme politique?". Seulement 10% ont répondu "oui".

À la question de savoir s'il pouvait rester à son poste de président de la Chambre, 64,9% des sondés ont répondu "non". Seulement 28,7% pensent qu'il doit rester. Et comme conseiller communal, 61,7% des Gantois veulent qu'il démissionne contre 31,9% pour qu'il reste.

Comment Bracke en est arrivé là? CET ARTICLE résume l'histoire

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?