Ton centre-ville est désert? Patience, les pop-up stores pourraient tout changer en Wallonie

8 mars 2017

Quand un centre commercial fonctionne bien en dehors de la ville, c'est à chaque fois le même constat: le centre-ville est complètement mort en semaine. Mais le ministre wallon de l'Économie, Jean-Claude Marcourt (PS), a un plan pour endiguer ce phénomène. Il veut proposer des contrats de bail d'un jour à un mois pour favoriser les petits commerçants.

Le pop-up store va débarquer en Wallonie et pourrait bien révolutionner l'activité économique à l'intérieur des villes. On parle en fait de magasins qui ouvrent sur une période limitée mais dont la flexibilité est l'atout majeur. Ces commerces sont aujourd'hui prisés par les artistes, mais le ministre wallon de l'Économie Jean-Claude Marcourt entend étendre le nombre de ces enseignes.

Tous ne peuvent pas se permettre d'intégrer les grands centres commerciaux. Et il faut dire que les loyers dans les centres-villes sont parfois très élevés. Le but est donc ici de renoncer au traditionnel bail qui va de trois à neuf ans pour le remplacer par un bail beaucoup plus court.

Un jour à un an

C'est ce jeudi que le gouvernement wallon devrait se pencher sur la question. "Le bail est soit de neuf ans, soit précaire. Nous allons lancer des baux de courte durée allant d'un jour à un an. Durant cette année, il sera renouvelable autant de fois que nécessaire. Au-delà d’un an, le commerçant retombera dans un bail classique", explique le ministre à l'Echo.

Mais est-ce vraiment nécessaire, le centre-ville est-il finalement le lieu pour les commerces? "Les petits commerces augmentent l’attractivité et le bien-être des centres-villes abandonnés par les commerces traditionnels. Ils ne sont pas uniquement là pour faire joli ou bobo pour que les bourgeois aillent faire leurs courses. Ils ont véritablement un rôle à jouer", soutient Jean-Claude Marcourt, toujours dans l'Echo.

D'après l'association du management de centre-ville, on compte 1.276 espaces vides en Wallonie avec du potentiel pour les petits commerces.

Comment s'inscrire?

Comment faut-il s'y prendre? La Région wallonne vient de lancer le site urbanretail.be, une plate-forme dédiée exclusivement à ces magasins pop-up. En trois clics on peut apparemment ouvrir un établissement et "en 48 heures l’opération est bouclée", déclare en toute confiance dans l'Echo Jean-Luc Calonger, le président de l’association du management de centre-ville. "Il fallait une mesure qui protège juridiquement les propriétaires", ça sera maintenant le cas.

À noter que cette plate-forme est totalement gratuite, sans frais et qu'elle veut devenir l'interface incontournable entre les commerçants et les propriétaires. En entrant simplement le temps d'occupation, le budget et le lieu, les emplacement les plus cohérents te seront proposés. C'est donc du gagnant-gagnant et sans trop de paperasse. Si le projet se concrétise dans les chiffres, il pourrait s'agir d'une révolution pour nos centres-villes.

Déjà lu?

Déjà lu?