5 bonnes raisons d’aller au BIFFF

10 mars 2017
!
Cet article a été rédigé par l'un de nos visiteurs. Si tu souhaites y réagir ou écrire un article dans notre Zoo, fais-toi plaisir! Lis ici comment procéder.

Peut-être avez-vous déjà vu, courant du mois de mars, fleurir dans la capitale ces belles affiches pleines de rouge, blanc et noir. Cela, avec les nombreux spots tv, annonce l’arrivée prochaine du BIFFF. Le quoi? Le BIFFF,  ou Brussels International Fantastic Film Festival, est le festival du film fantastique au sens le plus large.

Science-fiction, horreur, thrillers et mêmes quelques comédies sont rassemblées en un même lieu, le palais des Beaux-Arts pendant douze jours durant les vacances de Pâques. Tout amateur de cinéma se doit de s’y rendre au moins une fois car, c’est une expérience unique. Passons en revue les raisons qui font que le BIFFF est un événement incontournable.

1. La programmation

Tout cinéphile sait ô combien la distribution de films est une science plutôt laborieuse pour ne pas dire hasardeuse. Surtout dans un pays aussi petit que le nôtre. La production coûte de l’argent, il faut donc que ça en rapporte. Pas de problème pour les blockbusters, comédies et autres films d’auteurs qui parviennent à trouver des distributeurs. C’est ce qui fait qu’on se tape des comédies françaises d’un goût douteux mais que des films comme Ex-Machina ou les deux dernières production de Jeff Nichols n’ont pas trouvé place sur nos écrans. Quant au cinéma de genre, alors que c’est un des plus vieux et plus populaire, c’est plus compliqué. Le BIFFF, c’est donc l’occasion de voir sur grand écran des longs-métrages (et courts) qui ne sortiront jamais en salles. Certains ont cette chance mais, ils sont bien trop peu nombreux. Aller au BIFFF, c’est pouvoir se rendre compte de la richesse et de la diversité du cinéma mondial. Notamment du cinéma sud-coréen, giron de thrillers d’excellente qualité, mais qui ne parvient que trop rarement à passer nos frontières et rencontrer le public belge. Aller au BIFFF, c’est combler de grosses lacunes et prendre beaucoup de plaisir.

2. Le public

Là, on touche au cœur du festival, à un des éléments qui ont constitués la réputation de l’événement. Le public du BIFFF est unique. Impossible de ne pas passer un bon moment lors d’un film. Et plus le film est mauvais, plus on s’amuse. Sans trop en révéler, il faut tout de même savoir qu’il y a certaines traditions, d’avant film mais aussi pendant les séances. Par exemple, une pleine lune va inciter les spectateurs à hurler comme un loup. Par contre, si le film est vraiment excellent et hyper prenant, le public se tait et regarde religieusement, bien conscient d’assister à quelque chose de particulier. Cela peut perturber au début mais, chacun se prendra vite au jeu. Quoi qu’il en soit, les habitués du festival vous diront qu’ils s’y rendent en partie pour son public. Ça veut tout dire.

3. Les invités

En 34 éditions, le BIFFF a su attirer quasiment tous les grands noms du cinéma de genre. Cela va de Wes Craven et Dario Argento à Christopher Lee ou Joe Dante en passant par Peter Jackson, avant son explosion grâce au Seigneur des Anneaux. Des bruits de couloir, cette 35ème édition risque de frapper fort à ce niveau là encore une fois. L’avantage du BIFFF, c’est de ne pas être Cannes. Cela veut dire que les personnalités sont accessibles. Il est toujours possible d’avoir une signature ou une photo. C’est aussi pour ça qu’on aime le BIFFF.

4. Les animations

Le BIFFF, ce n’est pas que du cinéma, il y a également toutes sortes d’activités. Cela va des concours maquillages et body painting à ceux de cosplay en passant par les groupes d’animation, un des nombreux éléments qui font cette ambiance si particulière. Croiser de drôles de bestioles comme le Predator ou des trolls dans les couloirs façonnés par Horta crée un contraste plutôt agréable. Mais ce n’est pas tout. Deux des activités phares de l’événement plairont aux amateurs de zombies. La première chose, c’est la Zombifff Parade. Cela consiste en des dizaines, voire centaines, de personnes déguisées et maquillées en zombies qui paradent au cœur de Bruxelles en passant par le Maneken Pis qui, à l’occasion du festival, porte son costume de Dracula. Toujours pour les zombies, il y a les Zombifff ’lympics. Parce que tirer sur des boyaux plutôt que sur une corde, c’est tout de même bien plus marrant. Et si ça ne suffisait pas, il y a un concours d’œuvres d’art, le Gaming Madness Day et bien d’autres choses encore.

5. Le bal des vampires

Que serait le BIFFF sans son mythique bal des vampires? C’est Halloween avant l’heure (ou après, c’est selon). Le bal est accessible à tout le monde. La seule condition, c’est d’être déguisé ou, au moins, maquillé. Et comme tout le monde joue le jeu, l’ambiance est garantie ! Qui dit déguisements dit concours. Chaque année, les participants se surpassent ce qui donne lieu à un concours d’excellente qualité.

Cette année, le BIFFF aura lieu du 4 au 16 avril au Palais des Beaux-Arts (dit Bozar).

La Zombifff Parade aura lieu le samedi 15 avril.

Le Bal des Vampires aura lieu le 8 avril à 23h à l’Hôtel de la Poste (Tour & Taxis)

L’ensemble du programme sera dévoilé le 16 mars.

Plus d’infos sur www.bifff.net

Déjà lu?

Ta réaction?