© EPA

Coup de l'année ou gros fake? Nordpresse dit avoir fait gober au Parisien le rapprochement entre Valls et Macron

14 mars 2017

Hier soir, Le Parisien balançait un mini-tremblement de terre: Manuel Valls aurait choisi de se rallier à Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle française, trahissant ainsi sa promesse de la primaire, celle de soutenir Benoît Hamon. Cette info s'apparenterait à une véritable implosion du Parti Socialiste français. Mais depuis ce matin, le principal intéressé a démenti tandis que Nordpresse, le site satyrique, dit avoir trompé Le Parisien via de faux emails.

Jusqu'où ira Nordpresse? Si on en croit leur page Facebook, le site web satyrique belge aurait réussi à faire gober au Parisien une histoire énorme.

Une scission

"Selon nos informations, de sources concordantes, Manuel Valls s’apprête à prendre la parole pour appeler les électeurs à soutenir son ancien rival Emmanuel Macron, et ce dès le premier tour", écrivait le journal hier soir.

Cela a fait l'effet d'une bombe dans la course à la présidentielle vu que Benoît Hamon, qui a déjà beaucoup de mal à rassembler le PS, se trouverait isolé d'une branche de son propre parti.

En effet, le soir même de sa victoire contre Manuel Valls lors de la primaire, ce dernier avait promis de se rallier au candidat gagnant. Depuis, Hamon n'est pas parvenu à s'entendre avec Jean-Luc Mélenchon, à sa gauche, et avec le reste du Parti Socialiste, à sa droite. Un soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron aurait donc sonné comme une scission claire et nette du Parti Socialiste.

Valls dément, Le Parisien aussi

Mais l'ancien Premier ministre a démenti dans la soirée auprès de BFMTV. Dans une interview à Paris Match à paraître mercredi, il affirme néanmoins qu'il ne peut "pas apporter (s)on parrainage à Benoît Hamon", qui cumule trop "de contradictions". Pour rappel, chaque candidat doit posséder cinq cent parrainages de maires pour pouvoir se présenter aux élections présidentielles française. Hamon les a mais ce serait clairement un mauvais signal de la part de Valls.

Le Parisien dément lui formellement, insistant sur le fait qu'il s'agissait d'une enquête de sa journaliste Nathalie Schuck auprès de "sources recoupées". Le journal maintient son information et souligne également le côté "parodique, voire malveillant", de Nordpresse.

Fake?

Il pourrait en effet s'agir d'un gros canular. Comme c'était le cas en décembre dernier avec la vraie fausse candidature à la présidentielle de Sylvain Durif, aka le "Christ cosmique". Nordpresse était parvenu à faire croire que sa candidature, pourtant bien réelle, était un canular, et que tout les médias avaient relayé une fausse info.

Tout a commencé avec ce message de Nordpresse sur Facebook qui a jeté le doute

Les réactions ne se font pas faites attendre sur Twitter, entre félicitations...

... foutage de gueule...

... et "irresponsabilité"

À moins que ça ne soit les journalistes les responsables?

Quoiqu'il en soit, il faut des preuves!

L'article suivra apparemment...

Le Parisien dément fermement lui

Et la réponse a fini par tomber: FAKE!

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?