© iStock

Le savais-tu? Le climat irait même jusqu'à déterminer la forme de ton nez

17 mars 2017

Des chercheurs de l'Université d'État de Pennsylvanie aux États-Unis ont découvert une autre chose influencée par le climat: ton nez. Les différentes formes de nez possibles à travers le monde seraient déterminées par la sélection naturelle... et les températures. Au nord, les gens auraient des narines plus fines, tandis qu'au sud, ils en auraient des plus larges.

Tu le savais déjà, le climat influence bien des choses: la faune, la flore, mais aussi la couleur de ta peau, de tes cheveux, de tes yeux... Et il irait même jusqu'à déterminer la forme de ton nez. C'est en tout cas ce que des chercheurs américains, irlandais et belges de l'Université d'État de Pennsylvanie aux États-Unis ont récemment découvert.

Comment ont-ils procédé? Ils sont partis d'une analyse approfondie, basée sur des mesures d'Afrique de l'Ouest et d'Europe, qui confirmait que la forme du nez est hautement héréditaire. Ils ont alors cherché à établir s'il y avait un lien avec le climat. Pour cela, ils ont pris tout un tas de mesures, en utilisant l'imagerie faciale 3D, sur 476 personnes (et leurs ancêtres) qui viennent d'Asie du Sud, d'Asie de l'Est, d'Afrique de l'Ouest et d'Europe.

Des narines plus fines dans le nord

En tout, deux sur les sept traits nasaux étudiés seraient très certainement déterminés par le climat. Par exemple, les populations qui vivent dans des climats chauds et humides ont généralement des narines plus larges. Au contraire, les gens qui habitent à des latitudes plus élevées, comme l'Europe du Nord, ont fini par développer des narines plus étroites, pour s'adapter aux conditions sèches et froides.

Comment expliquer ce phénomène? "L'air froid et sec n'est pas bon pour nos voies respiratoires internes", explique Arslan Zaidi, le co-auteur de l'étude. Des narines plus fines permettent donc aux personnes qui habitent dans les pays nordiques de se protéger de l'humidité de l'air et de se réchauffer. Et ce sont leurs ancêtres qui se sont adaptés au fil des années.

Pas seulement le climat

Les résultats de cette étude sont tout de même à relativiser. Zaidi reconnaît que d'autres facteurs que le climat peuvent tout aussi bien entrer en jeu. Par exemple, chaque population considère certains traits faciaux comme plus ou moins attrayants, ce qui signifie que la sélection sexuelle (liée à la lutte pour la reproduction) pourrait aussi être à l'origine des différences.

En outre, la recherche traite uniquement de l'évolution de la forme externe du nez, et pas des caractéristiques internes de l'anatomie nasale. Ces derniers sont pourtant tout aussi importants pour comprendre l'adaptation génétique au climat.

Ces résultats sont donc la preuve qu'il existe un lien entre les traits nasaux et le climat, mais sa nature exacte doit encore être investiguée à travers d'autres recherches plus poussées.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?