Les F16 belges ont réalisé plus de 300 missions contre Daesh mais on ne sait rien sur les victimes civiles 

20 mars 2017

Pour le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA), la participation de la Belgique dans la lutte contre l'État Islamique est cruciale. Du coup, l'armée de l'air va donc envoyer 6 avions F16 ainsi que 100 hommes à la base aérienne située en Jordanie. Ensemble cette force aérienne compte plus de 7000h de vol. Grâce à cette opération, la Belgique s'offre une place à la table des grandes puissances et l'accès à des "informations classifiées" à propos de l'EI. L'opposition est critique mais l'armée est formelle: "Nous ne savons rien sur les victimes civiles"

Le vent souffle sous la chaleur. Deux avions F16 sont de retour à la base aérienne de Jordanie. "Ils reviennent de Mossoul", explique le major-général Frederik Vansina, chef de l'armée aérienne. L'armée belge se joint à la lutte contre l'organisation terroriste État Islmalique qui fait rage dans le nord de l'Irak.

Aujourd'hui, le Ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) était en visite à la base aérienne. Il voulait voir comment les choses se passent. C'est que l'effort de l'armée est conséquent: 6 mois sur place avec 6 F16. 7 pilotes sont en mission de vol pendant 1 à 2 deux heures et sont ensuite remplacés par d'autres soldats. Ils font ça 6 jours sur 7 pendant un mois avant d'être remplacés.

Cette mission est partagée avec l'armée néerlandaise: pendant 6 mois un pays surveille les aéroports tandis que l'autre pays fourni les avions. Et puis les rôles s'inversent.

Cette mission est d'une importance stratégique. La Belgique "s'achète", grâce à cette mission, une place à dans la cour des grands. "Nous sommes l'un des 13 pays à se joindre à la coalition internationale qui se bat contre Daesh. Cela signifie que que nous avons accès à un nombre conséquent de données et informations sur les intentions de l'organisation terroriste" explique le Ministre.

La Belgique est très impliquée dans le conflit. Les avions bombardent les lignes ennemies à Raqqa, la capitale de l'État Islamique. Ils sont aussi très actifs dans la bataille de Mossoul.

Combien de victimes?

Le Qatar est le siège de l'opération. C'est là qu'ils analysent toutes les zones où il est possible d'harceler Daesh. En tout, la Belgique a réalisé plus de 7.000 heures de vol, balancé plus de 326 missiles avec 2 à 4 avions F16.

En tout, des missiles ont été largués dans 45% des opérations. Les 55% restant consistaient en des missions de reconnaissance. Et 80% des ces missions se déroulent en Irak contre 20% en Syrie.

Pendant les briefings, il il y a des questions critiques de la part de l'opposition. "Tu dois toujours pouvoir te regarder dans une glace. Si il y a des doutes, on ne fait rien. Lors d'une attaque pré-planifiée, tout est réglé au millimètre pour que les bombes soient larguées le plus convenablement possible" explique le commandant.

Mais Dirk Van der Maelen (sp.a) persiste: "Nous ne sommes pas assez transparents. Nous savons qu'il y a un nombre croissant de victimes civiles: 2500 lors du mois précédent. Globalement, il y a plus de victimes civiles: on compte une victime toutes les 7 ou 10 attaques. Cela signifie donc que la Belgique pourrait atteindre une vingtaine de victimes parmi les citoyens. Et pourtant l'armée dit qu'il y en a pas?"

Le Ministre Vandeput a réagit: "Désolé mais votre interprétation est incorrecte. Nous sommes justement très transparents." Le Général-major Frederik Vansina continue: "Je n'ai vu aucun rapport où des victimes civiles ont été signalées. Chaque attaque est très bien débriefée, si il y a des cas de victimes civiles, elles seront prises au sérieux."

Un attaché militaire ajoute ceci: "Pour nous, les questions éthiques sont plus importantes que pour les Américains."

Spéctaculaire! Regarde les F16 belges mettre la misère à l'EI

Déjà lu?

Déjà lu?