© EPA

Et si la surprise des élections en France, c'était Jean-Luc Mélenchon? Voilà qu'il s'incruste à la troisième place dans les sondages

9 avril 2017

Alors OK, il ne faut pas toujours se fier aux sondages concernant les élections présidentielles (coucou Hillary Clinton). Mais force est de constater qu'il va falloir compter sur Jean-Luc Mélenchon pour celles en France. Le leader de la France insoumise se retrouve pour la première fois devant François Fillon, à la troisième place, dans les sondages. De quoi rêver à créer la surprise pour le premier tour le 23 avril prochain?

Il grimpe, il grimpe Jean-Luc Mélenchon. Depuis le début de la campagne présidentielle en France, aucun autre candidat n'a gratté autant de points dans les sondages qui pullulent dans les médias. Voilà que le leader de la France Insoumise se retrouve avec 18% d'intentions de vote dans un sondage de Kantar publié ce dimanche. C'est mieux que François Fillon, qu'il dépasse pour la première fois dans une de ces études. En deux mois, Mélenchon a ainsi gagné quasiment 8% dans les sondages.

Punchlines en direct

Mais comment Mélenchon, ex membre du PS qu'il a quitté en 2008 pour créer un parti orienté plus à gauche, peut-il se retrouver si haut dans les sondages? Il y a d'abord eu ce premier débat télévisé entre les cinq candidats en tête des sondages. Mélenchon avait balancé quelques punchlines bien senties en direct et avait été jugé le plus convaincant par les internautes. Le candidat d’extrême-gauche s'est aussi fait remarquer lors du deuxième débat en s'en prenant notamment à Marine Le Pen: "Fichez-nous la paix avec la religion!", avait-il lancé à la candidat du FN qui expliquait vouloir mettre des crèches dans les mairies.

Mélenchon est aussi très fort pour faire parler de lui dans les médias. Après son premier meeting diffusé par hologramme, il va faire encore plus fort: cette fois, il va se dupliquer dans... six villes en même temps le 18 avril. Balèze, tout comme jeu en ligne Fiscal Kombat, dans lequel il faut secouer des banquiers pour récupérer ses tunes. Le héros? "JLM" bien sûr. Il a aussi fait le buzz sur YouTube en se mettant en scène dans plusieurs vidéos. De quoi faire gonfler son capital sympathie.

Ce dimanche, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont ainsi suivi son meeting à Marseille (70.000 selon les organisateurs). Car oui, le candidat Mélenchon est devenu crédible et déplace les foules. "Ça s’entend, la victoire est à la portée de nos efforts", a-t-il lancé à son public. De quoi donner des regrets à Benoît Hamon, le candidat du PS, qu'il a refusé de rallier pour ce premier tour, sentant sûrement qu'il avait mieux à faire dans cette élection. Les sondages lui donnent donc raison, et Hamon himself a assuré qu'il appellerait à voter Mélenchon si d'aventure celui-ci se retrouvait au deuxième tour. Pas rancunier mais aussi réaliste: son rival a bien plus de chance de se retrouver au deuxième tour que lui pour l'instant...

Après l'Espagne et la Grèce, la France?

Mais Jean-Luc Mélenchon pourrait-il créer la surprise le 23 avril prochain à l'issue du premier tour? Difficile à dire, mais lui veut y croire dur comme fer, en s'inspirant des exemples en Espagne ou en Grèce, où des partis d'extrême-gauche ont bousculé la hiérarchie... avant de décevoir. Des exemples que souhaitent également suivre le PTB en Belgique, qui n'a jamais autant convaincu les électeurs en Wallonie.

Dans son programme, il veut notamment rétablir la retraite à 60 ans, rembourser 100% des soins prescrits (dont les soins optiques ou dentaires), augmenter le revenu minimum à 1.326 euros net ou encore interdire les parachutes dorés des grands patrons en créant la VIe République française. La possible sortie de l'Union européenne dans le cas où elle n'accepterait pas de renégocier certains traités et la sortie de l'OTAN sont aussi des idées de son programme, où l'écologie occupe une part importante. Mélenchon, qui aime bien rappeler qu'il n'a jamais eu d'ennui avec la justice (coucou François Fillon), veut également annuler le CETA et le TAFTA, autre traité de libre-échange entre l'UE et les États-Unis.

Des idées qui semblent séduire donc, tout comme son caractère et son franc-parler: selon un dernier sondage (décidément), c'est actuellement la personnalité politique préférée des Français. Il pourrait donc faire mieux que les 11% de voix qu'il avait recueillies en 2012, pour sa première candidature à une élection présidentielle. Reste à savoir si cela suffira pour qu'il soit l'invité surprise du second tour et faire trembler Marine Le Pen (FN) et Emmanuel Macron (En Marche!), toujours en tête dans ces fameux sondages.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?