© iStock

"Une attraction d'un autre temps": les poneys de foire seront bientôt interdits à Bruxelles

18 avril 2017

La secrétaire d'État en charge du bien-être animal, Bianca Debaets (CD&V), va interdire les poneys de foire dans la Région bruxelloise. Mais comment expliquer ça aux forains qui se retrouveront sans métier? Pour l'association GAIA, ils auront normalement assez de temps pour s'adapter. 

La secrétaire d'État bruxelloise en charge du bien-être animal, Bianca Debaets (CD&V), a annoncé récemment qu'elle allait interdire l'utilisation des poneys dans les manèges des forains, car les conditions de bien-être de ces animaux ne sont pas respectées.

Et sans surprise, les forains ont réagi au quart de tour. Victor De Bel, un forain, a fait part de son indignation dans la journal La Capitale: "On a fait contrôler nos poneys par des professionnels, qui nous ont dit que tout était bon et aujourd’hui, on veut nous interdire de pratiquer notre métier, mais qui sont ces gens qui parlent?".

"Ils auront assez de temps pour s'adapter"

C'est clair que l'idée de Bianca Debaets est légitime et juste, si on pense en priorité au bien-être des animaux. Mais comment expliquer ça aux forains qui sont menacés de perdre leur emploi? Newsmonkey a contacté GAIA pour avoir son avis sur la question.

Michel Vandenbosch, le président de l'association, explique que GAIA "salue la décision de Bianca Debaets". Pour lui, utiliser des poneys dans des fêtes foraines est "une attraction d'un autre temps qui ne respecte pas la dignité des animaux".

Selon lui, il faut clairement mettre un terme à ce genre d'activités, mais il faut que cette mesure ne soit pas "trop brutale" pour les forains. Un juste milieu doit donc être trouvé. Mais normalement, les forains auront assez de temps pour trouver une solution et s'adapter: "Entre ce que la secrétaire d'État a annoncé et la mise en place effective des mesures, les forains devraient avoir assez de temps pour s'adapter", dit-il.

En Wallonie, c'est déjà interdit mais...

Le président nous a aussi expliqué qu'on ne connaissait pas encore les modalités de cette décision et que l'affaire était donc à suivre. Peut-être que Bianca Debaets va prendre exemple sur Carlo Di Antonio, son homologue wallon, qui a décidé d'interdire les poneys dans les foires, mais de manière graduelle.

Pour info, c'est maintenant interdit en Wallonie de se lancer dans le secteur des manèges à poneys. Mais les forains qui exerçaient déjà ce métier avant la décision peuvent continuer à exercer leur métier afin de ne pas être pénalisé.

Du coup, la décision du secrétaire d'État wallon ne sera réellement appliquée que le jour où le dernier forain aura vraiment arrêté ses activités. Les forains ont donc largement le temps. Reste à voir ce que Bianca Debaets fera pour Bruxelles.

Lisez aussi

Déjà lu?