Le coup de pouce dont Emmanuel Macron se serait bien passé: François Hollande appelle à voter pour lui

24 avril 2017

Le FN n'en espérait pas tant! François Hollande a appelé à voter Emmanuel Macron au second tour des élections présidentielles. Marine Le Pen va donc pouvoir utiliser un argument de taille pour contrer le candidat d'En Marche! : la politique de Macron n'est que la continuité de celle de l'actuel président de la République. 

"La présence de l'extrême droite fait une nouvelle fois courir un risque pour notre pays": François Hollande s'est exprimé en direct depuis l’Élysée, et il ne peut être plus clair: il votera Macron au second tour.

Isolement et stigmatisation

L'actuel président de la République française ne veut pas voir Marine Le Pen au pouvoir. Tout d'abord à cause de son programme: "Il y a surtout les conséquences qu'aurait la mise en œuvre de son programme sur la vie de notre pays. Le pouvoir d'achat des Français serait directement amputé si Marine le Pen devait l'emporter et si la France sortait de la zone euro."

Et puis il y a le danger du replis sur soi: "Il y a le danger de l'isolement de la France", avec la sortie de l'UE prônée par la candidate du FN. Et puis le risque de stigmatisation: "Face à la menace terroriste qui exige la solidarité et également la cohésion de notre pays, l'extrême droite diviserait profondément la France, stigmatiserait une partie de nos concitoyens au regard de leurs origines ou de leur religion."

Un soutien gênant

Ce soutien du président de la République est plutôt logique. Déjà en 2002, la France s'était unie en faveur de Jacques Chirac pour contrer le FN de Jean-Marie Le Pen. Mais ici, les circonstances sont un peu différentes: d'abord parce que Marine s'est distinguée de son papa dans les propos et ensuite parce qu'elle ne fait pas l'unanimité contre elle.

Le souci, c'est l'image que ça donne d'Emmanuel Macron. Le candidat d'En Marche! a été ministre de l’Économie de Hollande, et ce soutien peut donc être interprété d'une façon bien différente que l'explication donnée plus haut par François Hollande.

Les détracteurs de Macron ont depuis longtemps souligné sa proximité idéologique avec François Hollande. En gros, mettre Macron au pouvoir, c'est poursuivre la politique de l'actuel président de la République. Fillon n'avait d'ailleurs de cesse d'appeler le candidat d'En Marche!, "Emmanuel Hollande".

Le FN se frotte déjà les mains

Pour rappel, même si ça va un peu mieux, François Hollande ne bénéficiait que de 22% de côte de popularité il y a encore un mois. Du jamais vu dans l'histoire de la cinquième République à l'approche d'un scrutin présidentiel.

Du coup, la garde rapprochée de Marine Le Pen a déjà sorti les punchlines avec Florian Philippot en tête: "Vous savez maintenant ce qu'il vous reste à faire ! Macron c'est le candidat d'Hollande. Marine la candidate du peuple", a-t-il tweeté.

La plupart des autres candidats à l'élection de François Fillon à Benoît Hamon, ont déjà appelé à voter pour Emmanuel Macron, ce qui n'est pas le cas de Jean-Luc Mélenchon pour l'instant.

Si Macron a plutôt bien accueilli le soutien de Hollande et figure pour l'instant largement en tête des sondages au second tour (7 mai), ce soutien pourrait constituer un mini-tournant dans sa campagne en vue de la victoire finale. Réponse dans les prochains jours.

Déjà lu?

Déjà lu?