© iStock

Après la Finlande et l'Allemagne, c'est le Canada qui va maintenant tester le revenu universel

25 avril 2017

11.600 euros par an pendant trois ans. C'est ce que 4.000 Canadiens vivant sous le seuil de pauvreté vont avoir dès cet été dans le cadre d'un programme test du revenu universel. Cette expérience lancée par la Première ministre provinciale Kathleen Wynne se déroulera dans la province de l'Ontario.

Un peu partout dans le monde, l'idée du revenu universel commence à se répandre. La Finlande a été le premier pays à le tester. Une start-up en Allemagne a lancé un crowdfunding pour faire l'expérience sur 85 personnes. Et en France, la question a été évoquée durant la campagne présidentielle, notamment par le candidat socialiste Benoît Hamon.

Cette fois, c'est le Canada qui veut se lancer dans l'aventure. La province de l'Ontario va tenter l'expérience avec environ 4.000 participants vivant sous le seuil de pauvreté. Dès cet été, ces "cobayes" vont recevoir une allocation qui, à l'année, montera jusqu'à 16.989 dollars canadiens, soit environ 11.600 euros. Ces individus ayant entre 18 et 64 ans toucheront cette somme durant trois ans.

Contre la précarité

Ce projet, lancé par la première ministre de la province Kathleen Wynne, a un coût: 150 million de dollars canadiens (approximativement 102 millions d'euros). Le but de cette opération est de lutter contre la pauvreté et l'augmentation du travail précaire, car, dans la province de l'Ontario, 13% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Les participants, sélectionnés au hasard, recevront un mail leur indiquant comment souscrire au programme pilote. Dans ce pilote, on trouvera des employés peu rémunérés ou précaires et d'autres qui bénéficient d'une aide sociale.

Ce revenu universel sera versé en complément au salaire que ces salariés touchent déjà et s'adaptera en fonction des revenus du participant. Ainsi, pour chaque dollar gagné, leur revenu de base sera réduit de 50 cents.

Ces participants pourront se retirer à tout moment pendant les trois années. "C'est un nouveau monde avec de nouveaux défis", a déclaré Kathleen Wynne, premier ministre de l'Ontario. "De la technologie à Trump, c'est un moment d'incertitude et de changement". Un premier bilan sera tiré de cette expérience après un an, soit juste au moment des élections. Ce sera l'occasion de voir si l'idée du revenu universel est vraiment porteuse ou simplement utopiste.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?