© epa

Europol est formel: "c'est une cyberattaque d'un niveau sans précédent et elle nécessite une enquête internationale"

13 mai 2017

La cyberattaque lancée au travers d'une faille de Windows continue de se propager et de faire des dégâts. 99 pays ont été touchés et de nombreuses entreprises ont été embrouillé ou ont dû carrément stopper leurs activités. Europol déclare que c'est une attaque sans précédent.

Le virus informatique WannaCry, qui s'infiltre dans des failles du système d'exploitation de Windows a infecté des sociétés comme FedEx et Portugal Télecom, le réseau hospitalier britannique NHS ou encore les usines Renault en France. Plusieurs d'entre elles sont notamment à l'arrêt. En Belgique, c'est la société Paper Shop qui a été touchée.

Europol a déclaré à la BBC n'avoir encore jamais eu affaire à une attaque d'une telle ampleur. Ce ransomware a chiffré vendredi les données d'au moins 75 000 systèmes dans 99 pays. À chaque fois, un paiement de 300 dollars était demandé pour que l'accès soit restauré. Et ce sont les pays européens, la Russie inclus, qui ont été parmi les plus touchés.

Complexe d'investigation international

L'agence de police européenne déclare sur son site que cette attaque va demander une "enquête internationale complexe pour identifier les coupables". Le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité d' Europol, EC3, va travailler "en étroite collaboration avec les unités de lutte contre la cybercriminalité des pays touchés et les principaux partenaires de l'industrie pour atténuer la menace et aider les victimes."

Bien que l'attaque se soit calmée, la menace n'est toujours pas finie. Europol, en collaboration avec les entreprises de cybersécurité Kaspersky, Intel Security et Amazon Web Services, a mis en place le site No More Ransom pour venir en aides aux victimes de l'attaque. Ce site ne supprimera pas le virus WannaCryptor de votre appareil mais il vous donnera de précieux conseils.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?