© iStock

C'est la fin des frais de roaming en Europe le mois prochain: voici ce qui va réellement changer

15 mai 2017

Il est presque fini le temps où tu craignais ta prochaine facture de téléphone en rentrant de vacances. À partir du 15 juin, les frais de roaming seront interdits en Europe. Mais il y a quand même quelques petites exceptions. Attention aux mauvaises surprises, voici ce qui change exactement.

Les discussions autour des frais de roaming ont débuté dans l'Union européenne en 2012. Cinq ans plus tard, ces coûts supplémentaires seront enfin abolis à partir du 15 juin 2017. Concrètement, cela signifie que tu payeras la même chose qu'en Belgique pour téléphoner, envoyer des messages et surfer, partout en Europe. Si tu as un abonnement avec des minutes, des SMS ou des data gratuits, tu pourras également les utiliser à l'étranger. Et si tu grilles ton forfait, tu payeras la même chose que ce que tu payerais ici en Belgique.

Quels pays?

Il a été convenu que la nouvelle règle s'applique à tous les pays de l'Union européenne. Mais ce n'est en réalité pas seulement le cas. Les pays qui appartiennent à l'Espace économique européen (EEE) ont également signé l'accord. Il s'agit donc de toute l'UE, plus le Liechtenstein, la Norvège et l'Islande.

Pour le moment, le Royaume-Uni fait aussi partie de l'accord. Les choses pourraient changer en 2019, date à laquelle les négociations de sortie du pays de l'Union européenne sont prévues de prendre fin. Mais il y a des chances qu'il y ait un arrangement spécial dans ce domaine.

Par contre, les destinations de vacances populaires, comme la Turquie, Andorre et la Suisse, ne participent pas et maintiennent donc leur propre tarif de roaming.

Mais dans quelle situation n'y aura-t-il plus de surcoûts? Il est important de préciser que la nouvelle règle ne s'applique qu'au roaming (ou itinérance). Autrement dit, si tu appelles ou envoies des SMS avec un GSM belge depuis l'étranger vers un autre téléphone belge. Par contre, si tu appelles ou envoies des messages à un numéro français (ou d'un autre pays) depuis la Belgique, tu devras toujours payer un supplément, car il ne s'agit en fait pas de frais de roaming mais d'un appel international.

Troisième cas de figure: tu as un numéro belge que tu utilises par exemple en France pour appeler en Espagne. Eh bien là non plus, tu ne devras rien débourser comme frais supplémentaires. Tu bénéficieras de l'arrêt des frais de roaming.

À partir de quand?

Comme dit plus haut, la nouvelle règle entrera officiellement en vigueur à partir du 15 juin 2017. Mais certains opérateurs téléphoniques l'appliqueront un peu plus tôt. C'est par exemple le cas de Mobile Vikings, qui a supprimé ses frais d'itinérance depuis le 15 mai. Orange (le 11 juin) et Proximus (le 12 juin) commenceront eux aussi plus tôt. Du côté de Base et Telenet, aucune information n'est précisée sur leur site internet respectif, les frais de roaming devraient donc être maintenus jusqu'au 15 juin.

Des exceptions?

Il y a tout de même deux ou trois trucs auxquels tu devras faire attention. À savoir la clause de fair use policy (ou politique d'utilisation équitable) incluse dans l'accord. Cela signifie que tu ne pourras pas appeler, envoyer des SMS ou surfer sur internet au-delà de ce qui a été considéré comme une consommation "normale". Ainsi, l'UE veut éviter que les Belges aillent ouvrir des abonnements dans un pays moins comme la Lettonie, par exemple. Du coup, si tu veux obtenir un abonnement pendant un séjour Erasmus, ou tout autre voyage de longue durée, tu devras prouver ta "relation stable" avec le pays. Mais un simple papier de ton école suffira.

En outre, beaucoup craignent que les opérateurs compensent la perte de revenus sur les prix des abonnements. Mais pour cela, l'UE a déjà pensé à une solution: un nouveau plafond maximal très strict pour les tarifs des abonnements est prévu. Ainsi, les prix ne pourront pas augmenter de façon démesurée.

Mais si tu constates que quelque chose ne va pas avec ta facture, tu peux toujours voir avec ton opérateur fournisseur ou contacter l'IBPT, le régulateur belge des services postaux et des télécommunications.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?