Ouf! Les ordinateurs portables ne seront pas interdits sur les vols entre l'Europe et les USA, mais il y aura plus de contrôles

18 mai 2017

Bonne nouvelle: les passagers qui s'envoleront pour les USA pourront toujours emporter leur ordinateur portable dans leur bagage à main. Par contre, de nouvelles mesures de sécurité vont être mise en place comme une inspection plus intensive des bagages. 

Les Américains voulaient interdir les ordinateurs portables dans les avions pour prévenir les attaques électroniques et même les attaques aux explosifs. Une telle interdiction est déjà en place dans plus de dix aéroports du Moyen-Orient et sur les vols pour les USA. La Grande-Bretagne a mis en place des mesures similaires.

Cette interdiction vise non seulement les ordinateurs mais aussi les tablettes, les appareils photo et les imprimantes portables. Tous ces objets doivent être envoyés en soute. Par contre, les passagers peuvent toujours emporter leur smartphone en cabine.

Les compagnies aériennes ont déjà montré leur mécontentement vis à vis de cette interdiction. Elles ne comprennent pas pourquoi les Américains veulent une telle mesure. En soi, les terroristes peuvent toujours faire exploser un ordinateur qui se trouve en soute.

Les pilotes sont contre

Les pilotes ont annoncé qu'ils ne voulaient pas de ce plan. Ils craignent en effet que les objets électroniques prennent feu en soute. Si cela se produit, il sera difficile, voire impossible, d'agir efficacement. En tout cas, c'est beaucoup plus difficile qu'en cabine.

Lors des dernières semaines, la rumeur concernant l'élargissement de l'interdiction en Europe s'est intensifiée. Les responsables américains et européens se sont réunis hier. Ils ont discuté pendant plus de quatre heures et finalement, ils ont décidé d'abandonner cette mesure.

Un milliard par an

L'interdiction des ordinateurs portables aurait coûté très cher: environ un milliard de dollars par an. En effet, il aurait fallu intensifier les contrôles et donc ralentir le traffic.

Avec une telle interdiction, toutes les valises envoyées en soute auraient dû être vérifiées. Pour palier à toutes ces mesures, les compagnies aériennes auraient dû exiger un supplément. De plus, les hommes d'affaires n'auraient pas pu continuer à travailler pendant leur vol. Gros manque à gagner pour tout le monde, donc.

L'extension de l'interdiction en Europe aurait non seulement coûté beaucoup d'argent, mais elle aurait aussi porté préjudice à la circulation commerciale entre l'UE et les États-Unis.

Les USA et l'Europe n'excluent pas de prendre d'autres mesures comme par exemple le contrôle intensif des bagages à main. Tout cela sera discuté à Washington la semaine prochaine.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?