© epa

Comparée à Donald Trump, Marghem (MR) dément vouloir réviser les objectifs climatiques de la Belgique

6 juin 2017

Après avoir été comparée à Donald Trump, la ministre fédérale de l'Énergie Marie Christine Marghem (MR) a publié ce mardi un démenti. Elle y affirme, par la voix de son porte-parole, n'avoir jamais voulu changer les ambitions climatiques de la Belgique. Non? Retour sur une polémique qui sent le charbon.

Pour Marie-Christine Marghem (MR), réduire de 35% les gaz à effets de serre en Belgique n'a jamais été un objectif adapté aux réalités de la Belgique. En juillet 2016, la ministre de l’Énergie, de l'Environnement et du Développement durable parlait déjà de "discuter avec la Commission pour adapter cet objectif à la réalité belge, pour l’affiner et le rendre plus réaliste", écrit Le Soir.

Mais ce mardi, une autre déclaration a fait bondir l'opposition. Dans les journaux flamands De Standaard et Nieuwsblad, la porte-parole de la ministre Marie-Ange Dhondt faisait entendre que Marghem voulait revoir à la baisse les ambitions climatiques de la Belgique. 35% de réduction pour 2030, ça semble dur à tenir.

Tollé général

Cette info a directement entraîné un joli paquet de réactions. La ministre de l'Énergie a été comparée au président Donald Trump, qui, après sa visite en Europe, a décidé de sortir de l'accord de Paris. Les critiques sont venues de partout: du PS, du cdH, de chez Groen et Ecolo...

La polémique a pris une telle ampleur que le Premier ministre en personne a dû intervenir pour clarifier la situation. Charles Michel s'est distancié de sa ministre en déclarant: "Assouplir l'ambition climatique de la Belgique ne représente pas la position du gouvernement", relève la RTBF. Rappelons que le gouvernement Michel avait officiellement condamné la position de Trump. Ne pas se distancier des "propos" de Marghem aurait été étrange.

Démenti de Marghem

En voyage à Londres, la ministre fédérale a tout de même pris le temps de se pencher sur cette marmite à pression en publiant un communiqué de presse et un statut sur Facebook.

"Je vous rassure, je n’ai pas l'intention de revoir à la baisse les objectifs climatiques de la Belgique pour 2030 (...) Au contraire, toutes mes actions prouvent jusqu'à présent ma détermination à faire de notre pays un exemple en matière de lutte contre le réchauffement climatique pour atteindre nos objectifs en matière de diminution des gaz à effet de serre. (...) La contribution de la Belgique passera donc de 15 à 35% sur la période 2021-2030."

Et pour répondre aux comparaisons avec Trump, elle déclare à la RTBF: "Attention on ne parle que de quelques pourcents. Je ne peux accepter la caricature et la comparaison avec l'Amérique du président Donald Trump. Nous parlons de quelques pourcents sur 35-40% d'efforts alors que Trump, lui, veut stopper l'entièreté de tout effort en faveur du climat". Ok, cette histoire de lutte climatique est loin d'être résolue...

Déjà lu?

Déjà lu?