Rex Tillerson et Donald Trump

© epa

Trump accuse le Qatar d'aider les terroristes mais sait-il que 11.000 militaires US sont sur place?

10 juin 2017

Trump, diplomate? Non, vraiment pas. Le président américain accuse vertement le Qatar, un de ses principales alliés au Moyen-Orient, de financer le terrorisme. Ce qui fait dire à certains journalistes américains: le président sait-il que 11.000 de ses hommes sont actuellement basés au Qatar? Heureusement, Rex Tillerson, le chef de la diplomatie américaine, tente de calmer le jeu. 

Après la visite de Donald Trump au Moyen-Orient, plusieurs pays arabes ont coupé les contacts diplomatiques avec le Qatar, accusé de soutenir des organisations terroristes. Le président américain a vivement applaudi la démarche et a surenchéri vendredi en accusant ouvertement le Qatar de financer le terrorisme.

Mais savait-il que ce petit pays du Golfe persique était l'un des principaux partenaires militaires des États-Unis au Moyen-Orient? Était-il au courant que le Qatar abrite la base aérienne d'Al Udeid, l'une des bases les plus importantes dans la lutte contre Daesh, où se trouve actuellement environ 11.000 soldats américains? Nombreux sont ceux qui en ont douté.

Démenti de la Maison Blanche

À commencer par le présentateur de la chaîne américaine MSNBC Brian Williams qui a déclaré plus tôt dans la semaine, citant une source de la Maison Blanche, que le président Trump ne "devait sans doute pas savoir que des militaires américains étaient stationnés au Qatar". Williams a ajouté que les tweets du président risquaient de mettre le feu à la région du Moyen-Orient.

La Maison Blanche a répliqué vendredi en qualifiant le travail de Williams de "travail paresseux et irresponsable". "C'était un signal public irresponsable et paresseux qui n'aurait pas dû se produire lorsque les faits réels étaient facilement disponibles", a déclaré le secrétaire de presse adjoint de la Maison Blanche, M. Michael Short, dans un communiqué envoyé à The Hill vendredi.

Tillerson calme le jeu de Trump

Il faut toutefois souligner que l'attitude de Trump en inquiète plus d'un, à commencer par son propre chef de la diplomatie Rex Tillerson. Ce dernier a appelé vendredi à un retour à un dialogue plus calme et raisonné, estimant que le blocus des pays voisins du Qatar gênait "l'action militaire des Etats-Unis dans la région et la campagne contre l'EI".

Une heure plus tard, le président américain a accusé publiquement le Qatar de "soutenir le terrorisme au plus niveau" (voir vidéo ci-contre). Le gouvernement qatarien a alors déclaré dans un communiqué vendredi: "Nous ne soutenons pas et ne soutiendrons pas les groupes terroristes".

Et ainsi va le petit théâtre Trump. Le Donald balance des déclarations à l'emporte-pièce et chaque fois son gouvernement passe après pour nettoyer les pots cassés. Et chaque fois, le monde se demande quel sera le prochain message incendiaire et inconscient d'un des hommes les plus puissants de la planète.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?