Le changement est-il en marche? Le parti d'Emmanuel Macron est en passe de réaliser un score historique aux législatives

10 juin 2017

"Raz-de-marée", "tsunami", "majorité absolue", la presse française et les sondages prédisent une large victoire d'En Marche! aux législatives. L'équipe d'Emmanuel Macron va peut-être bien emporter 400 sièges sur 577, du jamais vu sous la Ve République. Le premier tour aura lieu ce dimanche.

Emmanuel Macron va-t-il réussir son pari jusqu'au bout? Son parti est en passe de péter tous les scores et parler de majorité absolue n'est déjà plus d'actualité, il devrait largement la dépasser. Le premier tour de ce dimanche nous indiquera juste dans quelle proportion En Marche! va tout rafler. Selon les derniers sondages, le parti d'Emmanuel Macron pourrait remporter 400 des 577 sièges de l'Assemblée parlementaire, soit près de 70%. Même Jacques Chirac en 2002 n'avait pas fait mieux suite à son triomphe contre Jean-Marie Le Pen aux présidentielles.

Faible opposition et scrutin majoritaire

Comment expliquer un tel pronostic? D'abord par l’effondrement des autres partis. La parti socialiste est KO debout. La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon est en retrait: la plupart de ses candidats n'ont pas le talent du leader charismatique, et la division entamée avec le parti communiste coûte cher dans le décompte final. Les voix s'éparpillent et il sera difficile pour le parti de Mélenchon de constituer un groupe solide d'opposition à l'Assemblée. Et puis, il y a la droite et l'extrême droite qui n'ont pas réussi à relever la tête depuis ces quatre dernières semaines.

On peut citer aussi le mode de scrutin pour expliquer le futur score d'En Marche!. Il ne s'agit pas d'un scrutin proportionnel comme chez nous mais d'un scrutin majoritaire. C'est-à-dire que ça passe ou ça casse. Si un candidat recueille la majorité absolue (plus de 50 % des suffrages exprimés et au moins le quart du nombre des électeurs inscrits), il est élu. Sinon il y a un second tour pour lequel le candidat doit obtenir le plus de voix (majorité relative). Et il n'y a qu'un siège pour chacune des circonscriptions. Du coup, l'Assemblée parlementaire pourrait ne pas représenter certaines franges des électeurs, ce qui pose quand même certaines questions chez nos voisins.

Le changement, c'est vraiment maintenant?

Autre particularité de ces élections législatives: près d'un tiers des élus ne devrait pas se représenter. Il y aura donc un nouveau souffle à l'Assemblée. D'autant que beaucoup de candidats d'En Marche! sont issus de la société civile. Ce changement tombe à pic puisqu'il est demandé plus que jamais par les Français dans les chiffres: "Ils sont 65% à refuser catégoriquement de réélire leur député sortant, ce refus grimpe à 68% chez les sondés socialistes et à 61% chez les LR", note le politologue Dominique Reynié (Fondapol) en se référant à une enquête auprès de 3.000 électeurs, rapportée dans l'Echo.

Bref, le score d'En Marche! devrait permettre au gouvernement d'Edouard Philippe d'appliquer sa politique et ses réformes sans trop d'encombre, du moins devant l'Assemblée législative. Devant le peuple c'est une toute autre histoire, surtout qu'on devrait connaître un record historique de l'abstention avec 48%.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?