Les langues se délient au Samusocial: le frère de Mayeur et la fille d'Onkelinx y auraient reçu un job

13 juin 2017

Quand il n'y en a plus, il y en a encore. Le Morgen balance une nouvelle bombe ce matin. Des membres de la famille d'élus PS auraient été engagés au sein du Samusocial. Le parquet a également perquisitionné les bureaux du CPAS de Bruxelles ce lundi.

Le PS n'avait apparemment pas que la main mise sur le conseil d'administration. Des sources internes au Samusocial ont suggéré que des membres de la famille de Mayeur et d'Onkelinx auraient obtenu un job au sein de l'association. Le frère d'Yvan Mayeur aurait par exemple travaillé comme responsable du matériel, écrit le Morgen ce mardi matin. Des ex-collègues notent d'ailleurs que lui et Yvan sont très différents, au niveau du caractère comme de leur apparence. Mais "il était clair qu'il n'avait pu obtenir le job que d'une seule manière".

"Elle buvait du champagne avec la direction"

Et puis il y a la fille de Laurette Onkelinx, la cheffe du PS bruxellois. Elle a travaillé un temps pour le Samusocial. Selon une source, il s'agissait d'un stage. Selon une autre, elle a travaillé une petite année en effectuant un job spécialement créé pour elle. Il faut comprendre un job fictif ici. Un autre témoin renchérit: "Je ne l'ai vu que deux fois. Et ces deux fois là, elle buvait du champagne avec la direction."

On peut encore citer la fille de Pascale Peraita, ex-directrice du CPAS de Bruxelles et ex-administrateur du Samusocial, ou encore la fille d'Alain Hutchinson (PS), député bruxellois et échevin de la commune de Saint-Gilles. Il travaillait auparavant comme secrétaire d'Etat au Logement. En 1999, il était impliqué dans la mise en place du Samusocial.

Le Morgen insiste sur le fait que ces personnes ont peut-être fait leur travail correctement, et qu'ils le font peut-être encore. Mais ça en dit long sur les pratiques au sein du PS bruxellois. "Il fermait les yeux", écrit le journal.

On n'est pas au bout de nos surprises dans cette affaire. Hier, le parquet de Bruxelles a mené des perquisitions dans les locaux du CPAS. On est donc au delà de l'information, judiciaire ouverte la semaine dernière, puisque qui dit perquisitions, dit aussi juge d'instruction. Le parquet n'a toutefois voulu faire aucun commentaire sur l'intervention de lundi, si ce n’est que ces devoirs d’enquête étaient liés au Samu et qu’il s’agissait d’une “mini­instruction”, note la Libre.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?