© EPA

C'est fait! Armand De Decker (MR) démissionne de son poste de bourgmestre de Uccle, les réactions fusent

17 juin 2017

Bourgmestre d'Uccle depuis 10 ans, Armand de Decker a décidé de démissionner ce samedi par le biais d'un communiqué. Il justifie cette décision par sa volonté de "préserver la sérénité dans la gestion de la commune". Malgré tout, il persiste à dire qu'il n'a rien à voir dans le dossier du Kazakhgate. 

C'est officiel, Armand de Decker n'est plus le bourgmestre d'Uccle. Il a annoncé ce samedi dans un communiqué qu'il quittait son poste pour "préserver la sérénité dans la gestion de sa commune". Dans ce même communiqué, il réaffirme qu'il n'a "participé à rien" dans l'élaboration de la loi qui a étendu la transaction pénale et qui aurait bénéficié au trio kazakh. Il a déclaré: "Je reste serein et totalement confiant dans les institutions et dans la justice de notre pays."

Cette démission intervient après une déclaration d'Olivier Maingain dans les colonnes du Soir. Le président de DéFI avait appelé le MR à prendre ses responsabilités: "Je ne peux pas admettre, comme président de parti associé à cette majorité, que les choses restent en l’état. Il n’y a pas de raison que M. De Decker reste plus longtemps à la tête de la commune." Armand De Decker, 68 ans, était bourgmestre de la commune bruxelloise depuis 10 ans.

Le président du MR prend acte

Olivier Chastel, le président du MR, a déjà réagi à la décision de De Decker. Dans un tweet il a déclaré prendre acte de la démission, et la juge "indispensable pour la bonne gestion de la commune" de Uccle.

Ecolo a également réagi et juge cette décision beaucoup trop tardive. "C’est tout de même incroyable que le MR ait attendu autant de temps pour réclamer la démission d’Armand De Decker de son poste de bourgmestre. Les faits d’ores et déjà établis sont d’une gravité indigne d’un mandataire politique et en contradiction avec son rôle d’exemple" a déclaré Zakia Khattabi, co-présidente d'Ecolo.

Petit rappel des faits

Pour rappel, Armand De Decker est soupçonné d'avoir reçu plus de 700.000€ de rémunération dans l'affaire Patokh Chodiev, un Belgo-Kazakh proche de Nicolas Sarkozy. En effet, l'ancien président français aurait envoyé Chodiev en Belgique pour se débarrasser de ses problèmes judiciaires. Tout ça pour favoriser une transaction militaire entre la France et le Kazakhstan.

Armand De Deck, en tant qu'avocat, aurait tenté de faire pression pour accélerer l'adoption de la loi sur la transaction pénale votée en avril 2011. Une transaction pénale permet, dans certains cas, de proposer à l'auteur d'une infraction de payer une certaine somme d'argent pour éviter les poursuites. Et ça, Patokh Chodiev en avait bien besoin.

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?