© iStock

Dans le Missouri, les femmes pourraient bientôt être expulsées de leur logement si elles prennent la pilule

27 juin 2017

Un projet de loi sévère est en discussion en ce moment dans l'État du Missouri aux État-Unis. Le but de ce projet de loi est de sanctionner les femmes qui prennent la pilule, ou qui ont eu recours à l'avortement. Heureusement, ce projet de loi doit encore être approuvé par le Sénat et ensuite le Gouverneur. 

Il y a une petite semaine, soit le 20 juin dernier, la Chambre des représentants de l’État du Missouri a adopté un projet de loi dont certains points ont pour but de sanctionner les femmes qui prennent la pilule, ou qui ont eu recours à l'avortement ainsi que les cliniques qui pratiquent l'avortement.

Ce projet de loi permettrait aussi à certains employeurs et propriétaires de prendre des mesures discriminatoires vis-à-vis des femmes qui agissent de manière "immorale".

Bon concrètement, qu'est-ce que ce projet de loi implique? Par exemple, les personnes qui opèrent les femmes qui ont recours à l'avortement devront après l'opération envoyer les tissus biologiques du fœtus à un pathologiste.

Renvoyer du Missouri

Mais aussi, si ce projet de loi est adopté, tu peux te faire renvoyer du Missouri si tu as eu recours à un avortement, ou si tu utilises un moyen de contraception, ou même si tu tombes enceinte alors que tu n'es pas encore mariée.

Mais pas de panique, ce projet de loi doit être approuvé par le Sénat et ensuite par le Gouverneur. On y est pas encore.

Le seul problème, c'est que le Gouverneur du Missouri, Eric Greiten, est un "pro-life" et il ne voit pas d'un mauvais œil ce projet de loi.

Récemment, il a donné son avis concernant une ordonnance qui visait à interdire les propriétaires et les employeurs de discriminer les femmes qui utilisent un moyen de contraception ou qui ont eu recours à l'avortement (l'ordonnance St-Louis). C'est-ce que rapporte le site Konbini. Selon lui, cette loi est "radicale" et "elle transformera Saint Louis et la région en sanctuaire de l’avortement", a-t-il dit.

Bref, ça promet.

Lisez aussi

Déjà lu?