© Youtube

C'est DINGUE: il sera (peut-être) bientôt possible de lire dans tes pensées grâce à un bonnet

11 juillet 2017

Le progrès ne s'arrête plus. Une jeune start-up est en train de créer un appareil pour faire de la télépathie une réalité... Et ce nouvel outil technologique prendrait la forme d'un bonnet! Eh oui, si jusqu'à présent ton bonnet te tenait simplement les oreilles au chaud, il pourra bientôt lire et communiquer tes pensées. 

Mary Lou Jepsen, une ingénieure passée par les plus grosses boîtes de la tech, comme Google ou Facebook, est à l'origine de ce projet ambitieux: celui de créer un bonnet capable de lire et interpréter l'activité cérébrale du cerveau. Elle a fondé une start-up, OpenWater, qui s'est lancée dans la réalisation de cette innovation technologique.

L'idée est de baisser drastiquement le coût de l'imagerie médicale et de déployer une nouvelle technologie sous forme de wearable, soit une technologie portable. Si le pari est réussi, ce bonnet 2.0 permettrait également de mieux diagnostiquer les maladies et du même coup, mieux les traiter.

Un bonnet non intruisif

La promesse est belle! Cependant la jeune start-up doit d'abord dépasser deux obstacles majeurs: miniaturiser un IRM (Imagerie par Résonance Magnétique), mais aussi et surtout, décoder la pensée. Autrement dit, il s'agit de convertir les informations de l’activité cérébrale en données interprétables par une machine pour être transformées en texte ou message clair.

À terme, Mary Lou Jepsen vise d'ailleurs la télépathie. Mais pour la scientifique en herbe, le premier obstacle semble déjà loin derrière, puisqu'elle confiait à CNBC: "J’ai trouvé comment intégrer les fonctions d’un IRM – une machine qui vaut plusieurs millions de dollars - dans un wearable qui a la forme d’un bonnet de ski".

Ce fantasme d'échange de pensées nécessiterait en temps normal un branchement entre le système nerveux et une machine. Sauf qu'ici, avec ce wearable, Mary Lou Jepsen propose quelque chose de non invasive: pas besoin d'électrodes placées sur le crâne, la promesse de la start-up est de rester en dehors du cerveau. Encore faut-il que le bonnet puisse capter assez bien nos pensées pour pouvoir ensuite les interpréter et les communiquer.

Si cela semble relever de la science-fiction, la start-up promet pourtant de relever le défi d'ici huit ans!

Pour te donner une idée, voici comment fonctionnerait ce bonnet:

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?