© epa

C'est le dessin animé trop mignon de notre enfance! La Chine censure Winnie l'Ourson sur ses réseaux sociaux

17 juillet 2017

Depuis quelque temps, les Chinois n'ont plus accès sur les réseaux sociaux du pays aux posts, images, stickers et gifs qui se réfèrent à Winnie L'Ourson. Le gouvernement chinois aurait décidé de censurer l'ourson au bedon tout mignon. Pourquoi? Mystère. Sans doute à cause de mèmes sur le président, un peu trop virulents.

Winnie L'Ourson, Jean-Christophe, Tigrou, Porcinet, Bourriquet... Ce dessin animé a peut-être marqué ton enfance, à toi aussi. Il n'y a aucune scène terrifiante, aucune scène de sexe, de contenu vulgaire ou tendancieux. Et pourtant, le gouvernement chinois a décidé de le blacklister.

Ce sont les utilisateurs des réseaux sociaux eux-mêmes qui ont fait cette triste découverte. Tous les posts qui se référaient à son nom chinois ("Little Bear Winnie") ont été censurés sur Weibo, l'équivalent chinois de Twitter, relaye ainsi le Financial Times. De même, il n'est plus possible d'envoyer ni stickers ni gifs de l'ourson sur WeChat, le WhatsApp chinois.

Trop de comparaisons avec le président chinois

Mais diable pourquoi? Les autorités chinoises n'ont donné aucune explication. La raison la plus plausible serait liée aux innombrables mèmes qui comparent l'ourson au président Xi Jinping.

Pourtant, la comparaison n'est pas neuve. Tout a commencé en 2013, où une photo de Xi Jinping marchant aux côtés de Barack Obama a circulé en boucle sur les réseaux sociaux. Le premier étant petit et ventripotent et le second était grand et svelte, l'image a été comparée à une scène où Winnie et Tigrou marchent côte à côte. Un an plus tard, les internautes ont remis ça avec le président japonais, Shinzo Abe, comparé cette fois à Bourriquet, à cause de son regard triste. En 2015, une image de Winnie L'Ourson en voiture était même la photo la plus censurée en Chine, toujours parce qu'elle tournait en dérision Xi Jinping, debout dans une voiture au moment de la parade annuelle.

Il faut croire que le Parti communiste chinois a perdu son humour et a sérieusement durci le ton en la matière.

Voilà les quelques mèmes censurés, qui ont tourné en boucle sur les réseaux sociaux:

Déjà lu?

Déjà lu?