© EPA

Yvan Mayeur tire sa révérence: après son audition, il a annoncé son retrait de la vie politique

20 juillet 2017

Mercredi soir, Yvan Mayeur s'exprimait publiquement pour la première fois depuis le début du scandale du Samusocial. Il s'est défendu devant les membres de la commission d'enquête avant d'annoncer, en fin de séance, qu'il quittait purement et simplement la vie politique. Une page se tourne pour l'ex-bourgmestre de la ville de Bruxelles. 

Ce mercredi soir au parlement bruxellois, c'était une soirée un peu spéciale. Yvan Mayeur, ex-bourgmestre de la ville de Bruxelles, s'est présenté devant les membres de la commission d'enquête du Samusocial pour se défendre par rapport à la gestion de l'ASBL. Il est arrivé très détendu, sans avocat, devant les commissaires et a choisi une attitude complètement différente de Pascale Peraïta qui a préféré garder le silence. C'était la première fois qu'il s'exprimait publiquement depuis six semaines.

À la fin de sa plaidoirie, il a annoncé aux membres de la commission qu'il se retirait purement et simplement de la vie politique. "Je ne participerai plus au monde politique" a-t-il déclaré avec le sourire en précisant qu'il espérait que ses explications et réponses aux nombreuses questions sur le Samusocial contribueront à les persuader du maintien de la pertinence de cette association au profit des plus démunis.

Pas de remboursement

Si beaucoup demandent qu'il rembourse les jetons de présence dont il a profité en tant que membre du CA du Samusocial, Yvan Mayeur a été claire: il ne remboursera pas les sommes perçues. À ce propos il a déclaré: "Ce ne sont pas des montants indus. J’ai travaillé!"

D'ailleurs, il a aussi minimiser les montants perçus durant son règne dans le conseil d'administration: "Mes revenus : 700 euros net par mois après fiscalisation, soit moins que ce que la Ville ou la Région prévoit pour ses structures." Enfin, preuve qu'il était en forme hier soir, il a chargé les ministres régionaux qui n'ont pas rempli leur rôle: "Il y a un problème au niveau des ministres. Ils ont eu une responsabilité. Ils pouvaient tout contrôler. Ils ne l’ont pas fait. Ils ont chargé le Samusocial alors que tout ce qu’on lui a reproché est faux" a-t-il déclaré en visant Pascal Smet (sp.a) et Céline Frémault (cdH), les ministres de tutelle.

Une page se tourne donc pour Yvan Mayeur qui est actif dans le monde politique depuis 1989 et son premier mandat de député fédéral. Le reconversion risque d'être compliqué pour l'ex-bourgmestre bruxellois.

Déjà lu?

Déjà lu?