© EPA

Les coupes budgétaires de Trump pourraient priver 830.000 personnes d'antiviraux contre le Sida, les scientifiques s'inquiètent

23 juillet 2017

Donald Trump s'en fouterait-il de la recherche contre le Sida? Le président américain souhaite baisser le financement des États-Unis consacré à cela de près d'un milliard de dollars. Ce qui serait très dangereux pour la santé de dizaines de milliers de personnes à travers le monde, lui répondent les scientifiques.

Donald Trump n'est plus à une polémique près. Ses coupes budgétaires dans la santé et l'environnement continuent de faire parler, alors que le Congrès américain planche actuellement sur le budget 2018 proposé par le gouvernement Trump.

Parmi les coupes annoncées, la baisse de l'aide américaine pour la recherche contre le Sida inquiète particulièrement la communauté scientifique, alors que la conférence internationale de recherche contre cette maladie s'est ouverte ce dimanche à Paris.

Un milliard d'euros en moins

Les États-Unis sont historiquement le plus gros contributeur à la recherche contre le Sida: en 2016, ils ont ainsi consacré 4,2 milliards d'euros à cela, rappelle l'AFP. Cela représente près des deux tiers des investissements dans le monde contre le Sida. Mais avec Trump au pouvoir, ce ne serait pas la même histoire. Le président américain souhaite baisser cette aide de près d'un milliard de dollars, a dénoncé dès le mois de mai l'ONG américaine Health Gap.

Une sacrée différence qui inquiète les scientifiques. Dans leur "Déclaration de Paris" publiée ce dimanche, ils s'inquiètent de la baisse des fonds disponibles pour lutter contre le Sida. En prenant bien soin de ne nommer ni Trump, ni les States.

"Pas de fin du VIH sans la recherche et pas de recherche sans des investissements pérennes", peut-on lire dans ce texte, explique l'AFP. "Ces coupes budgétaires pourraient entraîner un vrai revirement par rapport aux progrès que nous avons faits", assure Linda-Gail Bekker, présidente de l'International AIDS Society (IAS). "Des vies risquent d'être perdues inutilement."

200.000 personnes supplémentaires infectées

Selon les chiffres de la Kaiser Family Foundation, OGN américaine spécialisée dans la santé, ce sont près de 830.000 personnes, essentiellement en Afrique, qui seraient ainsi privées de traitement pour empêcher le virus de se développer. Et 200.000 personnes supplémentaires pourraient être infectées par le Sida. Et tout cela à cause notamment de la décision de Trump d'imposer ces coupes budgétaires...

Le désintérêt de Trump contre l'épidémie de Sida avait déjà été dénoncé il y a un peu plus d'un mois par six experts. "Le président n'a pas de stratégie de lutte contre l'épidémie actuelle de sida", avaient-ils expliqué, alors qu'ils venaient de claquer la prote d'une comité spécial chargé de conseiller le milliardaire à ce sujet. Pour eux, le gouvernement Trump "défend des lois qui vont nuire aux personnes atteintes du VIH et vont interrompre ou revenir en arrière sur des progrès importants réalisés dans la lutte contre la maladie". "Nous ne pouvons pas ignorer les nombreux signaux envoyés par le gouvernement Trump montrant qu'il ne prend pas au sérieux l'épidémie actuelle et les besoins des personnes atteintes du VIH".

Alors qu'Onu-Sida espère faire disparaître le VIH d'ici 2030, cet objectif pourrait avoir du plomb dans l'aile à cause de Donald Trump...

Déjà lu?

Déjà lu?