© EPA

"Je ne me reconnais plus dans ce pays": Zuhal Demir (N-VA) veut se défaire de sa nationalité turque

5 août 2017

La secrétaire d'Etat à l'égalité des chances Zuhal Demir (N-VA) ne veut plus de sa nationalité turque. Elle a déjà demandé au consulat turque d'annuler sa nationalité. Via un post Facebook, elle explique que sa décision était déjà prise en 2016 après le réferendum organisé par Erdogan. Elle est fondamentalement en désaccord avec la politique menée dans son pays d'origine.  

La secrétaire d'Etat à l'égalité des chances Zuhal Demir (N-VA) ne veut plus de sa nationalité turque. Elle l'a expliqué pour De Morgen dans son édition du week-end. Elle a déjà envoyé une lettre au consulat turque pour qu'on annule sa double nationalité. Ses raisons sont plutôt bonnes. Elle explique: "Je ne me reconnais plus dans le pays où mes parents ont grandi. Le fossé est devenu trop grand. L'influence grandissante de l'islam, la place de la femme, la démocratie et les minorités: tout va dans la mauvaise direction."

Zuhal Demir bénéficie de la nationalité turque même si elle n'a jamais vécu la-bas. Par contre, ses parents ont bel et bien grandi dans le pays dirigé par Erdogan. Déjà l'année dernière, Zuhal Demir avait déclaré "soit vous êtes belge, soit vous êtes turque." Elle semble donc avoir fait son choix.

Issue incertaine

Zuhal Demir remplit toutes les conditions pour que sa demande soit acceptée: elle n'est pas recherchée pour des faits criminels, elle ne présente pas de dettes envers les autorités turques et elle est âgée de plus de 18 ans. Toutefois, elle doute que sa demande soit validée par le consulat turque. Mais au moins, elle a fait un choix et respecte ses convictions. En effet, cette procédure n'est pas évidente comme l'explique Patrick Wautelet: "Il existe une procédure, mais on ne sait jamais ce que sera le résultat. Vous êtes à la merci d'une décision politique."

Dans un long post Facebook, la belge-turque s'explique plus longuement. Elle explique que la Turquie fera toujours partie de son identité. Par contre, elle dit que la Turquie "est devenue incompatible avec la femme que je suis devenue et avec le travail que je veux accomplir." Si elle reste encore belgo-turque légalement parlant, on dirait bien que le divorce est bel et bien consommé entre elle et le pays d'origine de ses parents.

Voici le long post Facebook de la secrétaire d'Etat

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?