© iStock

Filières, anticipation des risques, premiers secours: voici tout ce qui va changer pour obtenir ton permis à Bruxelles

7 août 2017

Passer ton permis dans la capitale ne sera plus pareil. La secrétaire d'Etat bruxelloise à la Sécurité routière a présenté un nouveau permis de conduire pour Bruxelles et il vient d'être approuvé par le gouvernement. En bref, l'examen pratique sera mieux adapté à une conduite en ville et tu devras aussi être capable de donner les premiers secours. On fait le point.

Le nouveau permis de conduire bruxellois entrera en vigueur dans le courant de l'année 2018. Et il y a du changement au programme. À commencer par l'examen pratique, qui sera mieux adapté à la conduite en ville.

Quatre filières

La formation sera aussi allongée et tu auras le choix entre quatre filières au lieu des deux actuels (libre, auto-école). Il y aura une filière mixte dans laquelle un conducteur de 17 ans pourra commencer son apprentissage dans une auto-école (14h) avec ensuite au moins 6 mois de pratique en filière libre. Cette formule a l'avantage d'être moins coûteuse tout en bénéficiant du conseil de professionnels.

La deuxième nouvelle formule consistera en un accès direct à l'examen pratique sans voiture personnelle. Le conducteur d'au moins 18 ans aura la possibilité de suivre 30 heures d'auto-école et accédera directement à l'examen pratique. Bref, une formule adaptée à ceux qui n'ont pas de véhicule ou qui le passent tardivement. A noter que le stage d'attente en filière libre passe de minimum trois mois à neuf mois.

Deuxième changement: tu devras t'adapter au contexte plus urbain propre à notre capitale. Un test de perception des dangers fera partie de la formation. Il permettra de savoir dans quelle mesure le conducteur est capable d'anticiper les risques. Au programme: cyclistes, piétons et cyclomoteurs.

Premiers soins

L'autre grande nouveauté est l'introduction d'une formation aux premiers soins. Tu devras être capable d'adopter les bons premiers réflexes en cas d'accident. Aussi, selon la filière, le formateur aura avec lui un manuel pratique, histoire de prodiguer les bons conseils au jeune conducteur. Celui-ci sera lui en possession d'un manuel pratique dans lequel il résumera ses trajets: kilomètres parcourus, conditions climatiques, problèmes rencontrés... ce guide permettra de retracer l'apprentissage.

Enfin pour l'examen théorique, Bruxelles se veut au plus proche de ce qui se fait en Flandre ou en Wallonie. Le système de points sera d'ailleurs le même et une tolérance d'une faute grave (3e ou 4e degré) sera accordée, une de plus et c'est l'échec. Enfin, tu pourras passer ton examen dans quatre langues (français, néerlandais, allemand, anglais), et tu n'auras donc plus besoin d'interprète le cas échéant.

Bref, un dépoussiérage bien utile dans un seul but: "Diminuer le nombre d’accidents sur nos routes", conclut la Secrétaire d’État à la Sécurité routière Bianca Debaets.

Déjà lu?

Déjà lu?