© epa

Il y a bien des oeufs contaminés au Fipronil à ne pas consommer en Belgique: voici lesquels et ce que tu dois faire avec

9 août 2017

Le scandale des oeufs contaminés n'en finit pas. Gros rebondissement hier soir, une contre-expertise réalisée sur des échantillons prélevés des entreprises bloquées par l'Afsca, vient contredire les résultats précédents de l'Agence. Sur 6 entreprises, les taux de Fipronil présents dans les oeufs dépassent les normes européennes. Tu dois donc absolument éviter de les consommer. Prends un bloc-notes, voici tout ce que tu dois savoir.

C'est la très mauvaise nouvelle de la semaine que tu ne dois absolument pas ignorer. Après une contre-expertise demandée par un exploitant, l'Agence fédérale pour la Sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) change de discours: certains oeufs contaminés contiennent finalement des taux de Fipronil qui dépassent le seuil de sécurité européen (qui est de 0,72 mg/kg). Par précaution, tu ne dois donc pas les consommer. Mais que dois-tu faire maintenant concrètement? On t'explique tout.

L'Afsca a communiqué hier tard dans la soirée les codes précis des oeufs incriminés qui doivent être rappelés. Il y en a 10 en tout. Prends un bic, un bout de papier et note-les: 2BE3084-2, 2BE3084-3, 2BE3084-6, 2BE3123-A, 2BE3123-B, 2BE3123-C, 3BE4004, 3BE4005, 1BE8016 et BE3114. Si tu possèdes dans ton frigo des oeufs de l'une de ces séries, sors-les tout de suite et rapporte-les dans ton supermarché. Il se pourrait, en effet, qu'ils contiennent des doses toxiques de Fipronil, qui est pour rappel un insecticide dangereux pour la santé humaine.

Un numéro gratuit pour poser toutes tes questions

Pour répondre à toutes tes inquiétudes, un call center a aussi été mis en place. À partir de mercredi 9 heures du matin, tu peux appeler gratuitement le numéro: 0800/13.550. Et si tu ne comprends plus rien à cette histoire d'oeufs qui part en véritable crise alimentaire, on te fait une petite piqûre de rappel.

Tout commence la semaine dernière où des taux anormalement élevés de Fipronil (un insecticide utilisé pour traiter les poules contre le pou rouge mais qui est interdit d'usage sur les animaux destinés à la consommation) ont été relevés sur des oeufs en Europe. Le problème vient à la base de Belgique, puisque c'est à Poultry-Vision (une entreprise située à Weelde près d'Anvers) que la société néerlandaise Chickfriend (spécialiste de l’éradication du pou rouge) aurait acheté le produit contaminé en question et l'aurait ensuite introduit dans différents élevages.

Renversement de situation

Mais ce sont les Pays-Bas et l'Allemagne qui ont en premier tiré la sonnette d'alarme. Alors que des millions d'oeufs contaminés ont été rappelés et retirés du marché chez nos voisins, l'Afsca s'était voulu plus rassurante chez nous en affirmant qu'aucun oeuf potentiellement contaminé ne se trouvait sur le marché belge. Après des analyses complètes réalisées lundi sur les exploitations concernées, il s'est d'ailleurs avéré que le taux de Fipronil présent se trouvait largement en-dessous des normes européennes et ne présentait donc aucun danger pour la santé.

Gros retournement de situation mardi soir. Un laboratoire a procédé à une nouvelle analyse sur 6 des 86 entreprises bloquées par l'Afsca et a obtenu des résultats contradictoires. 3 d'entre elles sont heureusement toujours bloquées. Comme il subsiste toujours une incertitude sur les différences de résultats, les oeufs de ces 6 entreprises doivent être rappelés et des mesures plus larges de précaution prises (le traçage des oeufs, un renforcement du contrôle et du monitoring de l’ensemble de la filière des poules pondeuses et de reproduction ainsi que de nouvelles analyses).

En attendant, ce scandale sanitaire grossit de jour en jour. L'Afsca pourrait avoir été au courant des risques de contamination plus tôt qu'elle ne s'en défend mais n'aurait rien fait. Dans cette affaire, il y a très probablement eu un gros manque de communication et de transparence, qui ébranle le monde politique également.

Déjà lu?

Déjà lu?