Tu veux devenir un militant du PTB? Eh bien il te reste à verser une partie de ton salaire, et tu n'aurais pas trop le choix...

25 août 2017
© EPA

Comme chaque parti, le PTB doit trouver un moyen de se financer. Mais plus que les autres, le Parti du travail compte davantage sur les fonds privés que publics. C'est pourquoi il demande à ses militants, tout comme à ses élus, de participer. Le souci, c'est que cela pourrait être obligatoire selon certains anciens membres déçus.

Au PTB, chaque élu ou cadre du parti vit avec un salaire moyen d'ouvrier. "Entre 1.500 et 1.700 euros net par mois", estime Raoul Hedebouw, son porte-parole. Ils reversent le reste de leur salaire directement au parti, "jetons de présence des conseillers communaux compris", insiste Raoul Hedebouw au Soir.

Un geste fort qui est une nécessité quand on se veut "un parti de gauche radicale", comme ils l'assument maintenant. Et une condition pour pouvoir s'élargir électoralement, le PTB ne compte pour l'instant que deux députés fédéraux, six régionaux et une cinquantaine de cadres.

Deviens un "vrai" militant

Mais vu qu'il s'agit d'un jeune parti, le PTB ne reçoit pas autant d'argent public que les autres partis. Rien avant 2014, et en 2016, le financement public s'élevait à 24% des revenus totaux du parti. Le PTB a donc toujours dû compter sur les dons de ses militants. On le savait, mais pas dans de telles proportions.

SI tu veux devenir un militant engagé, un vrai, le PTB t'invite à partager une partie de ton salaire selon "une fiche d'engagement". Confidentielle, elle a été rendue publique au Soir par certains anciens membres apparemment déçus. Voici ce qu'on peut lire sur ce document: "L’engagement militant va plus loin que l’affiliation. Vous êtes prêt à suivre un programme de formation. Vous participez aux réunions de votre groupe. Vous prenez en charge une tâche convenue. Vous appliquez les statuts et les documents de congrès, vous les défendez de votre mieux." C'est qu'on te ferait presque croire que tu es dans l'antichambre du pouvoir.

Le PTB compte 10.000 adhérents en tout. Chacun doit payer une cotisation de 5 euros par mois à laquelle tu peux ajouter 20 euros par an pour devenir "membre consultatif". Ce ne sont pas eux qui sont concernés. Il s'agit en fait de 300 à 400 personnes qui elles peuvent être qualifiées de "vrais" militants. C'est à eux qu'on demande de sacrifier une partie de leur salaire. Le souci ici, c'est que selon certains anciens membres, ce serait carrément obligatoire.

Obligatoire?

Raoul Hedebouw conteste le caractère obligatoire d'une telle rétrocession, toujours dans Le Soir. Pour lui, la fiche d'engagement "permet aux gens de se situer, et de contribuer eux aussi à la vie du parti mais elle ne comporte pas d’obligation, ils ont une marge de manœuvre, évidemment. Du reste, nos militants sont quasiment tous des gens qui n’ont pas de hauts revenus".

Ok, mais comment le PTB calcule-t-il le montant alloué? Selon la fiche d'engagement, le militant doit déclarer le montant de ses revenus. Le calcul se fait aussi en fonction de la situation économique et sociale du candidat militant: isolé ou cohabitant, voiture ou pas, nombre d'enfants... le PTB établit ensuite un montant référence.

De ceci résulte un surplus. Ce sera ensuite au militant de choisir quel pourcentage de celui-ci, il voudra bien reverser. Un choix qui n'en serait pas un si on en croit certains anciens membres donc.

Déjà lu?

Déjà lu?