© EPA

Ce document le prouve: Theresa May compte bien dire bye bye aux migrants européens avec le Brexit

6 septembre 2017

Le journal The Guardian a dévoilé des documents à propos de la politique migratoire post-Brexit au Royaume-Uni. Résultat? Le gouvernement de Theresa May compte bien marquer une rupture claire et nette entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne et il sera très difficile à l'avenir d'obtenir l'autorisation de vivre et travailler de l'autre côté de la Manche. 

C'était certain que le Brexit allait apporter des grands changements entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, mais c'était difficile de visualiser concrètement les conséquences.

Maintenant, le journal The Guardian a dévoilé des documents concernant la politique migratoire post-Brexit et le résultat est inquiétant. Car oui, le gouvernement de Theresa May compte clairement serrer la vis à l'immigration européenne.

Le document explique que l'instauration du nouveau système migratoire se fera en trois phases. Il y aura d'abord la phase initiale (avant le Brexit) où le gouvernement introduira un projet de loi. Ensuite la phase d'instauration du système, qui devrait durer "au moins deux ans", et pour finir la phase finale où les nouvelles lois seront instaurées.

Priorité aux Brits'

L'ambition générale est clairement de diminuer l'immigration et de donner la priorité aux ressortissants du Royaume-Uni. Comme il est écrit dans le document: "Pour être considérée comme un atout pour le pays dans son ensemble, l'immigration ne devrait pas seulement bénéficier aux migrants eux-mêmes, mais aussi profiter financièrement aux résidents actuel".

Le système migratoire post-Brexit compte réduire le nombre de migrants ressortissants de l'UE, mais aussi de baisser leurs salaires. Le document prévoit aussi un durcissement des lois concernant le regroupement familial des personnes venant de l'UE.

Le gouvernement prévoit aussi d'instaurer un système où il sera possible pour le gouvernement de refuser aux Européens le droit d'entrée, ainsi que le droit au travail. De plus, si tu veux travailler au Royaume-Uni, tu devras être en mesure de fournir un document prouvant un niveau de revenu minimum (qui n'a pas encore été fixé).

Regroupement familial plus difficile

Et les choses ne s'arrêtent pas là. Les employés pourraient être forcés d'engager des Britanniques pour certains jobs. Concernant les migrants européens peu qualifiés, le gouvernement compte aussi réduire leur nombre. Ceux-ci n'obtiendraient un permis de séjour que pour une durée maximale de deux ans, contre trois à cinq ans pour ceux exerçant des occupations hautement qualifiées.

Parmi les autres propositions, il y a aussi 'introduction d'un nouveau système limitant le droit des citoyens européens au regroupement familial et l'obligation de montrer un passeport plutôt qu'une carte d'identité en arrivant dans le pays.

100.000 personnes

Il est important de savoir que ce document reste une proposition et que beaucoup de choses doivent encore être négociées. Mais une chose est sûre, la rupture entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sera très nette et bien plus sévère qu'on ne le pense. Comme il est écrit dans le document, l'"ambition" sera de diminuer l'immigration et ça, la Première ministre l'a déjà revendiqué récemment en annonçant qu'elle voulait réduire le nombre de migrants à moins de 100.000 personnes.

Tu peux trouver le document ici.

Lisez aussi

Déjà lu?

Ta réaction?