© Getty

Finalement, Dior et Gucci ne vont plus faire défiler de mannequins trop maigres

6 septembre 2017

Les maisons de mode derrière Christian Dior et Gucci ont décidé de ne plus engager de mannequins trop maigres pour leur défilé. LVMH et Kering sont deux des plus grandes maisons de mode au monde, du coup, leur initiative pourrait encourager d'autres chaînes à faire de même. 

Au dessus de la taille 32, voilà la nouvelle règle chez Christian Dior et Gucci. Les modèles sous cette taille ne seront plus autorisées à marcher sur le podium. Les marques de luxe promettent également de ne plus utiliser des mannequins en dessous de 16 ans pour exposer des vêtements pour adultes. Les deux entreprises françaises espèrent que le reste de l'industrie de la mode fera de même. Givenchy, Yves Saint Laurent, Alexander McQueen, Marc Jacobs, Thomas Pink, Fendi et Stella McCartney ont également adopté ce choix.

Avec tous ces noms, on peut espérer que de nombreux autres défilés de mode n'emploieront plus de mannequins trop maigres. Parmi les marques qui ont adopté cette nouvelle règle, il y a Louis Vuitton. En mai dernier, la marque a essuyé une volée de critiques lorsque le modèle danois Ulrikke Hoyer a déclaré qu'elle était obligée de s'affamer pour pouvoir participer à un défilé de mode. La marque de vêtements l'a toujours refusé.

Interdiction en France

Bien sûr, il est impossible de nier que le monde de la mode n'ait pas favorisé la mauvaise estime de soi ces dernières années. Les mannequins sont souvent trop maigres et certains professionnels ont fait croire que les vêtements allaient mieux aux grandes femmes maigres. Mais le nombre de femmes qui correspondent à ces critères est plutôt bas et il est loin de refléter la société. De nombreux modèles s'infligent de graves régimes pour atteindre cette taille.

L'initiative consistant à ne plus utiliser de modèles trop maigres ne vient pas des deux chaînes. Depuis mai, la France a sorti une loi qui interdit d'utiliser des mannequins aussi maigres. Les maisons de mode qui sont attrapées à les engager risquent des amendes allant jusqu'à 75.000 euros et les organisateurs risquent même six mois de prison. Les entreprises ont décidé d'appliquer ces nouvelles règles au monde entier et elles promettent que leurs modèles recevront des conseils d'un psychologue ou d'un thérapeute.

En septembre, il y aura la Fashion Week de Paris et les modèles devront respecter les nouvelles règles.

Déjà lu?

Déjà lu?