© RTL

Non, Olivier Maingain (DéFI) ne mariera pas des gens au premier regard pour l'émission de RTL

9 septembre 2017

Olivier Maingain ne semble pas porter la nouvelle émission de RTL "Mariés au premier regard" dans son cœur. Selon Sudpresse, il a refusé de marier deux candidats dans la commune de Woluwe-Saint-Lambert.

Mariés au premier regard c'est la nouvelle émission de RTL qui sera diffusée dès ce mardi soir. Le concept? Les candidats épousent quelqu'un qu'ils ne connaissent absolument pas. Des scientifiques ont analysé la personnalité de chacune des deux personnes pour former des couples censés être compatibles, du moins sur papier. Les deux "toutereaux" se retrouvent donc à la commune sans jamais s'être vus. Et hop, c'est le mariage directement. Mais le concept ne semble pas beaucoup plaire à Olivier Maingain (DéFI), le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert. Selon Sudpresse, il a refusé de participer à l'émission et de marier deux candidats. Il aurait invoqué son droit à voir les futurs mariés avant afin de vérifier si ce n'était pas un mariage blanc. Ce qui ruine tout le concept de l'émission.

"La célébration d’un mariage civil et la fonction de l’officier de l’État civil ne sont pas un jeu télévisé"

Le bourgmestre a expliqué sa position à Sudpresse, pour lui le concept va trop loin: "la célébration d’un mariage civil et la fonction de l’officier de l’État civil ne sont pas un jeu télévisé!" Il explique avoir demandé l'avis du Parquet qui a considéré que les conditions légales du mariage n’étaient pas rencontrées. Selon Olivier Maingain, le contexte de l'émission influe sur l'échange des consentements et les candidats n'oseraient pas dire non. Et il dit donc uniquement suivre l'avis du parquet mais il va plus loin: "Les futurs mariés doivent avoir le temps de la réflexion avant l’échange des consentements. Je me demande si les autres communes ont sollicité le Parquet. Je vais peut-être interroger le ministre de la Justice pour voir si le Collège des Procureurs généraux ne devrait pas adopter une position vis-à-vis de telles demandes". Bon, voilà qui commence bien...

Déjà lu?

Déjà lu?