© epa

L'ouragan Irma est passé en catégorie 1, mais des millions d'Américains sont sans électricité et les dégâts sont très importants

11 septembre 2017

Irma continue de sévir en Floride. Après avoir saccagé la belle grande ville de Miami, l'ouragan remonte actuellement la côte ouest de l'État du sud, menaçant cette fois la ville de Tampa. Le seul point positif: sa puissance a été rétrogradée en catégorie 1, mais des rafales de 135 km/h sont à prévoir. En attendant, des millions d'Américains se retrouvent sans électricité, voire sans toit.

Ça y est, l'ouragan Irma est passé sur la ville de Miami et a laissé derrière lui des images apocalyptiques. Les vents soufflant à environ 200 km/h et les pluies diluviennes ont tout ravagé sur leur passage. Trois victimes sont déjà à déplorer: deux personnes (une policière et un agent pénitencier) ont perdu la vie près de la ville de Sarasota (côte ouest de la Floride) à la suite d'une collision frontale. Dans les Keys, un chauffeur de camion a également été tué en percutant un arbre. À ce bilan lourd, il faut rappeler les 27 autres victimes d'Irma dans les Caraïbes.

S'ajoutent également des dégâts matériels importants: les toits de nombreuses maisons sont démolis, des bâtiments se sont effondrés, des voitures et camions se retrouvent couchés sur le flanc, des arbres sont en morceaux sur la route, des bateaux sont retournés, des poteaux électriques sont arrachés et les lignes sont en train de lâcher, deux grues de chantiers se sont même effondrées dans un quartier du centre et la ville de Miami est complètement sous eaux.

En conséquence, environ 4 millions de foyers se retrouvent actuellement sans électricité. À noter encore que l'aéroport de Miami a subi de telles inondations qu'il ne pourra rouvrir que mardi, au plus tôt.

Tampa

Ce matin, l'ouragan continue sa route en remontant la côte ouest de la Floride à environ 22 km/h, menaçant désormais la grande ville de Tampa. À 8h, il se trouvait à environ 40 km au nord-est de Tampa.

Si sa puissance est repassée en catégorie 1, les vents peuvent encore souffler jusqu'à 135 km/h, indique le National Hurricane Center (NHC). Dans le courant de la journée, Irma devrait même devenir une tempête tropicale, et non plus un ouragan.

Irma impacte donc maintenant "l'ensemble du sud de la Floride", ajoute le NHC et crée des conditions extrêmement dangereuses. Du coup, Donald Trump a décrété l'état de catastrophe naturelle afin de débloquer d'urgence des moyens supplémentaires pour venir en aide aux autorités locales et aux sinistrés.

290 milliards de dollars

En tout, les deux ouragans - Irma et Harvey qui a frappé le Texas quelques jours plus tôt - pourraient coûter 290 milliards de dollars (241 milliards d'euros). Une somme colossale qui correspond à 1,5 % du Produit Intérieur Brut (PIB) des États-Unis. C'est en tout cas ce qu'estime le service de météorologie privé Accuweather.

"Nous avions estimé que l'ouragan Harvey serait la catastrophe météorologique la plus coûteuse de l'histoire des États-Unis avec un montant de 190 milliards de dollars", annonçait ainsi hier à la presse le patron d'Accuweather, Joel N. Myers. Et de rectifier: "les estimations des dégâts provoqués par Irma devraient s'élever à environ 100 milliards de dollars, ce qui en fait l'un des ouragans les plus coûteux de tous les temps".

Dans cette liste de coûts, le service cite: l'interruption de l'activité des entreprises, le chômage en hausse pour des semaines voire plusieurs mois, la destruction d'infrastructures ralentissant en plus les transports, les pertes agricoles comme le coton et les oranges, la hausse des prix du carburant, du fioul de chauffage et du kérosène, les dommages occasionnés aux voitures, bâtiments, maisons, objets d'art, etc.

Le hic: seule une partie de tous ces coûts sera pris en charge par les assurances...

Déjà lu?

Déjà lu?

Ta réaction?