© iStock

Uber en route pour l'électrique d'ici 2025 à Londres, mais c'est bien sûr le client qui payera le coût supplémentaire

11 septembre 2017

Uber veut se donner une nouvelle bonne image et va faire passer ses véhicules de location privés à l'électrique d'ici 2025. Outre ce geste pour l'environnement, il s'agit surtout pour l'entreprise de respecter un changement de législation à Londres. Ce qu'elle ne dit pas c'est que le coût supplémentaire reviendra au client.

Transport of London, l'organisme responsable des transports en commun dans la capitale britannique, a adopté fin 2015 une nouvelle législation contraignante sur le plan environnemental. En gros, plus aucun véhicule de location privés ne sera autorisé à émettre de CO2 d'ici 2020.

40 cents supplémentaires par trajet

Une bonne nouvelle pour la planète mais moins pour le portefeuille des clients. Pour respecter cette nouvelle législation, Uber va être contraint d'investir: quelque 165 millions d'euros vont être utilisés pour aider les conducteurs à améliorer leur véhicule, soit en passant par un modèle hybride soit par un modèle totalement électrique.

Le hic, c'est que cet investissement devrait se répercuter sur le prix et en définitive sur le client. Selon The Verge, le passage à l'électrique entraînera un coût supplémentaire de 40 cents par trajet.

Du coup, pas sûr que ce virage écologique soit si bien pris que cela, d'autant qu'il découle plus d'un changement de législation que d'une réelle volonté de voir l'avenir en vert. Cette initiative ne fera en tout cas pas oublier les récents déboires de l'entreprise des VTC. Pour rappel, Uber fait pour l'instant l'objet d'une enquête aux États-Unis dans le cadre d'une affaire de corruption. On notera aussi que son ancien PDG, Travis Kalanick, s'est fait virer. Sans parler des histoires de harcèlement sexuel...

Déjà lu?

Déjà lu?