© EPA

Pire que Ryanair: cette compagnie aérienne a déclaré faillite et a laissé 110.000 passagers en galère sans vol retour

2 octobre 2017

Sale temps pour les compagnies aériennes. Monarch Airlines a été déclarée en faillite et a cessé son activité avec effet immédiat ce lundi. Ce qui va poser quelques soucis: 110.000 personnes se retrouvent sans vol retour vers l'Angleterre.

Après Ryanair, c'est au tour d'une autre compagnie aérienne de connaître des soucis. Mais ceux-là sont bien plus graves. Après des semaines de rumeurs, la faillite de Monarch Airlines a été officialisée par l'autorité britannique de l'aviation civile.

Conséquence directe: la compagnie aérienne britannique, créée en 1967, a cessé son activité à compter de ce lundi. L'année dernière, elle avait embarqué près de 6 millions de passagers au départ de 40 aéroports au Royaume-Uni, sur l'un des 33 avions de sa flotte.

Opération de rapatriement

Le souci, c'est que 110.000 personnes comptaient sur Monarch Airlines pour rentrer au Royaume-Uni ces prochains jours et ont été pris au piège avec cette faillite.

"C'est une situation extrêmement pénible pour les vacanciers britanniques à l'étranger, et ma première priorité est de les aider à revenir au Royaume-Uni", a fait savoir ministre des Transports Chris Grayling à la BBC. "C'est pourquoi j'ai immédiatement ordonné la plus grande opération de rapatriement en temps de paix pour faire voler ces 110.000 passagers qui autrement auraient été laissés à l'étranger."

Une trentaine d'avions ont été affrétés pour aller chercher les Britanniques bloqués après la fin de Monarch Ailines. Selon la BBC, la plus grande majorité de ces personnes devraient être de retour dès ce lundi au pays.

La chance de Ryanair?

Cette faillite pourrait également faire le bonheur... de Ryanair. Selon le Daily Star, la compagnie low-cost pourrait en profiter pour engager les anciens pilotes de Monarch Airlines, qui se retrouvent désormais au chômage. Cela éviterait à Ryanair d'accentuer la crise qu'elle traverse actuellement. Mais les anciens pilotes de Monarch Airlines seront-ils prêts à accepter les conditions de travail honteuses de leurs confrères chez Ryanair?

Déjà lu?

Déjà lu?