Image d'illustration.

© iStock

Après le scandale Publifin, l'ex ministre wallon Paul Furlan (PS) se recycle dans... les sandwichs

3 octobre 2017

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Paul Furlan (PS) a décidé d'ouvrir sa propre sandwicherie. C'est la voie que l'ex ministre wallon en charge des Pouvoirs locaux a choisie pour rebondir, suite à son implication dans l'affaire Publifin.

Bienvenue au Pti C’Roch! La sandwicherie où tu pourras bientôt commander un Dagobert (ou Club pour les Bruxellois), préparé par Paul Furlan (PS). En personne. À 54 ans, l'ex ministre wallon des Pouvoirs locaux et toujours bourgmestre de Thuin (Hainaut) a décidé d'ouvrir sa petite affaire dans sa ville, rue ‘t Serstevens, peut-on lire ce mardi dans la Dernière Heure.

Pour rappel, son nom avait été cité à maintes reprises dans l'affaire Publifin, cette grosse intercommunale liégeoise, au-dessus de Nethys (Voo, BeTV, L'Avenir), via laquelle de nombreux élus locaux s'en sont mis plein les poches. En tant que ministre de tutelle, Furlan était accusé de négligence et l'opposition réclamait sa tête. D'autant plus qu'il avait embauché pas mal de membres du collège de Thuin à son cabinet et sa compagne Anne-Sophie Herbé comme "conseillère particulière". Face à tous ces conflits d'intérêt, Furlan a fini par prendre les devants et présenter sa démission lors d'une conférence de presse le 26 janvier dernier, quelques heures avant une motion de défiance qui devait être étudiée au parlement wallon.

Sa "conseillère particulière" aussi aux fourneaux

Mais revenons à la petite sandwicherie. Interrogé par le journal hier, Furlan a bien confirmé l'information et même avancé une date. "L’ouverture est prévue le mois prochain, après rafraîchissement et rénovation des lieux".

Cerise sur le gâteau (ou plutôt sur le sandwich), sa fameuse "conseillère particulière" est aussi de la partie. Anne-Sophie Herbé sera même la gérante du Pti C’Roch. "Nous ne sommes pas mariés et n’avons pas l’intention. Alors, avec cette SPRL, l’objectif est de nous prémunir. Voilà: j’aide ma compagne", explique encore le député socialiste. Après son cumul d'employée à la ville de Thuin, de conseillère provinciale et d'administratrice à l’Intercommunale d’électricité du sud du Hainaut, elle se recycle donc dans la préparation des sandwichs.

Et un nouveau mandat en 2018?

Mais ne t'attends pas à voir Paul Furlan débarquer en tablier tâché d'Américain ou de mayonnaise, il n'y sera que comme administrateur et pas comme cuisto ou serveur. Par contre, il a glissé au passage sa volonté de se représenter en politique l’année prochaine et, pourquoi pas, de briguer un nouveau mandat.

Et d'ailleurs, il n'a toujours pas digéré l'affaire et continue sur le même discours. "Publifin était un problème liégeois. On en a fait un problème de gouvernement sur lequel je n’avais ni le contrôle ni l’initiative. Je n’étais pas au courant des activités chez Nethys de mon chef de cabinet-adjoint Claude Parmentier. Je les ignorais. Il me les avait tues. Et je constate comme chacun que si la ministre qui m’a succédé [ndlr: la MR Valérie De Bue] est en poste depuis déjà plusieurs mois, le décret qu’on nous annonçait est, lui, toujours dans le même état", déplore-t-il encore.

Il n'en fallait pas plus pour déclencher les blagues sur Twitter...

Ce qui est sûr, c'est qu'il devrait avoir suffisamment de "casseroles"

Déjà lu?

Déjà lu?