© Getty

Lien avec l'EI? Un père qui est un dangereux criminel? Quelles sont les motivations de Stephen Paddock, le tueur de Las Vegas?

7 octobre 2017

Nous sommes presque une semaine après la tuerie que Stephen Paddock a perpétré à un festival de musique country de Las Vegas. Les enquêteurs examinent les motifs du tueur. Avec 58 morts, le plus grand nombre depuis le 11 septembre, les Américains ont besoin de réponses.

Stephen Paddock est-il un malade mental ou a-t-il des liens avec l'État islamique? Le FBI peinent à élucider les motivations du tueur.

Est-il vraiment lié à l'EI? Selon l'agence de presse Amaq, qui est le canal officiel de l'État islamique, oui. Ils se sont d'ailleurs empressés de revendiquer l'attentat et de donner le nom "djihadiste" de Paddock. Mais les experts doutent vraiment de la véracité de ces affirmations.

Plusieurs spécialistes ont déjà prévenu que maintenant que l'EI perd du terrain en Irak et en Syrie, il tenterait de compenser en revendiquant des attaques qui n'étaient pas commises par les soldats de l'État islamique. Et cette fusillade à Las Vegas pourrait en être l'exemple.

Profil étrange

De plus, Paddock aurait un profil vraiment étrange pour une recrue de l'EI. D'habitude, l'organisation terroriste recrute de jeunes garçons ou des femmes. Mais avec ses 64 ans, Paddock ne semble pas être le candidat type. Les enquêteurs ne partent donc pas sur cette piste.

Le problème ce que Paddock n'a laissé aucun message sur les réseaux, ni aucune lettre avant de commettre son acte. Seule une note a été retrouvée dans sa chambre. Mais lors de son point presse, la police a déclaré que "ce n'est pas un manifeste ni une note de suicide". Il s'agit juste d'un papier avec une série de chiffres.

Un plus gros bain de sang

On sait que Paddock avait en tout cas planifié son acte et qu'il aurait voulu commettre encore un plus gros bain de sang. Il a essayé, entre autre, d'acheter des balles avec une charge pyrotechnique sur une foire aux armes. Ces balles laissent une trace lumineuse dans la nuit, ce qui permet d'ajuster la trajectoire des tirs selon le dernier point presse de la police. L'homme tentait certainement de faire plus de victimes mais les forces de l'ordre ont expliqué que ça n'aurait pas forcément été le cas car elles auraient pu savoir plus vite où était installé le tireur.

Paddock n'a pas seulement visé les festivaliers. L'attaquant a également tiré quelques balles vers un réservoir de kérosène, dans l'espoir de le faire exploser, mais cela n'a pas marché. Dans sa voiture, la police a trouvé 18 kg d'explosifs et d'autres munitions et armes. Paddock avait apparemment prévu de réussir à s'échapper et d'aller faire d'autres victimes ailleurs.

Problème psychique?

Après avoir interrogé la petite amie de Paddock, Marilou Danley, il ne semblerait pas non plus que le tueur ait des problèmes mentaux. Et si finalement, Paddock s'est suicidé, les raisons de son geste ne sont pas encore claires.

Par contre, le père de Paddock, Benjamin Paddock, était sur la liste des 10 personnes les plus recherchés par le FBI depuis des années à cause d'une série de vols dans des banques très violents. Il n'a donc pas eu une enfance très stable. Mais les spécialistes avertissent qu'il ne faut pas faire de lien direct entre les deux: "Je ne dis pas qu'il a commis un massacre parce que son père a montré des traits de de caractère psychopathiques" explique Adam Lankford, un criminologue à l'université d'Alabama à la BBC.

"Mais imaginez le degré d'insensibilité, de détachement et de cruauté qu'il faut pour ouvrir le feu sur une foule."

Déjà lu?

Déjà lu?