© iStock

Pourquoi tu n'arrives pas à te passer de cotons-tiges, petits plaisirs de nos routines salle de bains

11 octobre 2017

On sait tous que les cotons-tiges c'est pas bon pour les oreilles, et aussi pour la planète. Mais y a rien à faire, on a toujours une boite qui trône en bonne place dans notre salle de bains. La tentation de se chipoter l'oreille avec ces petits bâtonnets est trop forte... Mais pourquoi donc?

Ta mère, ton coloc, ton ORL, des trucs que t'a lus sur internet te l'ont déjà dit: les cotons-tiges, c'est pas bon pour les oreilles. Ça enfonce le cérumen dans le conduit auditif (au lien de l'enlever), ça perce les tympans, abime les conduits auditifs et les os de tes oreilles, voire, carrément, occasionne acouphènes, étourdissements et bourdonnements. Ça peut même rendre sourd. En un mot, cotons-tiges = danger.

D'ailleurs, il est toujours question de supprimer les cotons-tiges du marché d'ici 2020. Mais seulement dans leur version en plastique bien polluant. Pas de panique, tu pourras toujours te procurer tes petits bâtonnets chéris et continuer à te faire du mal, sauf qu'ils seront en papier biodégradable et compostable. Pourquoi? Parce qu'en plus de se flinguer les oreilles, beaucoup d'utilisateurs de cotons-tiges les jettent... dans les toilettes! Et devinez où se retrouvent ces cotons-tiges usagés? Dans le milieu aquatique! Donc dans le ventre des poissons, des oiseaux, etc. Et c'est aussi un des objets les plus recensés sur la plage... sympa.

Malgré tout ça, que la plupart d'entre nous savons déjà, il n'y a rien à faire. Tu continues à avoir trop envie d'utiliser des cotons-tiges. Le top: après la douche, juste après s'être lavé les cheveux (quand il y a un peu d'eau dans les oreilles, meilleur moment hein? Avoue). Mais pourquoi donc a-t-on tellement de mal à s'en passer?

L'oreille, entre zone érogène, plaisir régressif et plaisir simple

Il n'y a pas que les pieds, les seins, et le cou pour monter au septième ciel. Il y a l'oreille aussi. Au Japon, se faire curer les oreilles fait quasiment partie des massages érotiques. C'est le mimikaki: des hommes la plupart du temps, éprouvent un plaisir intense, et un tantinet régressif, à poser leur tête sur les genoux d'une femme pour se faire tripatouiller le conduit auditif. On imagine sans peine le côté agréable à ce qu'on s'occupe de nous ainsi, c'est un peu les mêmes sensations quand on se fait laver ou coiffer les cheveux chez le coiffeur, ou encore quand on se fait faire un banal massage.

D'ailleurs, l'oreille est pleine de nerfs qui jouent un rôle dans tout ça: nerf trijumeau, nerf facial intermédiaire, nerf vague, nerf cervical; et figure-toi que le nerf vague innerve aussi... le périnée! C'est donc un nerf qui joue un rôle dans l'orgasme. Ceci expliquerait en partie cela.

Se masser le conduit peut ainsi soulager bien des maux, puisque exercer des petites pressions à des points bien précis (le nerf vague, encore lui, est relié au système gastrique et aux poumons) peut te soulager du stress ou de maux de tête. Entre autres. C'est peut-être donc pas un hasard si tu ressens un réel plaisir, et au final un besoin, à chipoter ce tout petit endroit de ton corps. D'appuyer là, juste là, avec le coton-tige, le tournicoter un peu dans ton oreille comme ça...

Cercle vicieux: tu grattes, donc ça te gratte encore plus

Enfin, te trifouiller les oreilles avec un coton-tige peut simplement occasionner un cercle vicieux: en gros, avec ton coton-tige, tu vires le cérumen de là où il devrait être, et enraye le système auto-nettoyant de ton oreille. Aussi, tu crées des micro-lésions. Tout ça donne des petites peaux sèches qui finissent par démanger. Et qu'est-ce qu'on fait quand quelque chose nous démange? On gratte!!! Et dans le cas des oreilles, on y va encore de plus belle avec... son coton-tige.

Déjà lu?

Déjà lu?