© iStock

La Belgique innove: la première bande de covoiturage est bien prévue sur l'E411 vers le Luxembourg

11 octobre 2017

La Belgique et le Luxembourg se sont mis d'accord pour installer une bande de covoiturage sur l'E411, entre Arlon et chez nos voisins. De quoi encourager certains automobilistes à s'arranger entre eux pour à terme éviter les bouchons.

Le covoiturage, c'est plutôt sympa. Cela permet de faire des rencontres, de payer moins cher le trajet (pour le conducteur) et de parfois laisser sa voiture au garage (pour les passagers qui en ont une). Mais le covoiturage, ce n'est pas magique, et ça ne permet pas d'éviter les bouchons quand il y en a. Mais ça, ça va bientôt changer sur l'E411 entre Arlon et le Luxembourg avec la création de la première bande de covoiturage de Belgique d'environ 10 kilomètres.

Ce n'était qu'un projet à la base mais il a été concrétisé après un accord entre Carlo Di Antinio, ministre wallon de la Mobilité, et son homologue luxembourgeois François Bausch. "Il s’agit d’une réponse adaptée et réaliste, fondée sur le partage, la création de liens ainsi que le sens de la responsabilité de chacun, qui permettra de répondre au défi de la congestion à l’approche de la frontière grand-ducale pour tous les frontaliers", explique le Cdh dans un communiqué. Les travaux devraient débuter en 2018 alors que près de 40.000 transfrontaliers pourraient être concernés par cette innovation.

Comment ça fonctionne?

Tout ça c'est bien sympa, mais en quoi consiste cette bande réservée au covoiturage? En fait, cette bande ne pourra être utilisée dans un premier temps que par les véhicules dans lesquels il y a minimum 4 personnes. Des caméras équipées d'un capteur thermique permettront de déterminer combien de personnes sont dans le véhicule afin de le laisser passer ou non sur cette bande.

L'objectif avoué de cette bande? Permettre de désengorger les routes en encourageant les gens à mutualiser leurs véhicules. Tout le monde serait gagnant. Les voitures avec plusieurs occupants pourraient prendre une route où il y a (normalement) moins de véhicules. Et il devrait y avoir moins de véhicules sur la route "classique" également du coup.

Canada et États-Unis

La France avait également pensé installer le même système il y a deux ans, mais ce projet est en stand-by faute d'un moyen de contrôle efficace. Mais il y a beaucoup de ces "voies réservées aux véhicules à occupation multiple" au Canada ou aux États-Unis. En Europe, il y en a en Grande-Bretagne, en Suède ou en Norvège notamment. Peut-être que la Belgique va du coup encourager d'autres pays... si cette "innovation" se révèle efficace chez nous bien sûr.

Déjà lu?

Déjà lu?