Geert Wilders et Filip Dewinter

© Twitter

La bourgmestre de Molenbeek interdit le "safari de l'islam" de Wilders et Dewinter

2 novembre 2017

Les deux leaders d'extrême-droite ne pourront pas réaliser leur tour d'observation raciste de Molenbeek-Saint-Jean. La bourgmestre de la commune Françoise Schepman (MR) a pris jeudi une ordonnance de police pour interdire le rassemblement.

"Molenbeek, c'est la terre des Belges, pas la leur". "Mein Kampf est moins antisémite que le Coran". Voici quelques des phrases lâchées par Filip Dewinter (Vlaams Belang) et Geert Wilders (parti hollandais VVD) dans une interview accordée au journal gratuit De Zondag.

Philippe Close et Françoise Schepman prennent les choses en main

Durant cette entrevue, les deux leaders d'extrême-droite expliquent qu'ils ont prévu d'organiser un "safari de l'islam" le 3 novembre dans le quartier bruxellois de Molenbeek. Les réactions à ces propos chocs ne se sont pas fait attendre. La bourgmestre de Molenbeek Françoise Schepman (MR) a annoncé qu'elle allait interdire ce rassemblement et c'est maintenant chose faite.

"Tout rassemblement de personnes dans le cadre de cette démarche, participants, organisateurs ou opposants, est interdit sur le territoire de la commune de Molenbeek-St-Jean", énonce l'ordonnance de police prise par la bourgmestre ce jeudi.

Cet après-midi, c'est au tour du bourgmestre de la Ville de Bruxelles d'interdire la manifestation. "Nous ne souhaitons pas que monsieur Wilders exporte de son message de haine raciste sur le territoire bruxellois", a indique jeudi le cabinet de Close (PS).

Safari et No-Go Zone

Pour rappel, le safari était traditionnellement une excursion dont le but premier était de chasser du gros gibier. Aujourd'hui, le safari est un tour d'observation des animaux sauvages organisé pour les touristes. En parlant de "safari de l'islam", les deux politiciens (dont l'un est un député siégeant au Parlement fédéral) comparent donc les habitants de Molenbeek à des animaux sauvages...

Dans une vidéo postée le 1er novembre sur Twitter, Filip Dewinter explique la raison pour laquelle il veut visiter la "capitale du Djihad" à Bruxelles. Sur fond de musique orientale, la vidéo du député montre des commerces dont les devantures portent des inscriptions en arabe. Le député fédéral estime que cette information mérite un safari, des déclarations qui avaient écœuré le ministre flamand des Affaires bruxelloises Sven Gatz (Open VLD).

Maintenant que l'interdiction du safari a été déclarée par Schepmans, Dewinter décrit le quartier comme une "No-Go Zone". Ce terme avait été employé par un journaliste de Fox News pour décrire certaines zones de Paris soi-disant interdites aux non-musulmans. Le journaliste américain avait reconnu son erreur est s'était finalement excusé. Qu'en sera-t-il des leaders d'extrême-droite?

Déjà lu?

Déjà lu?