© epa

Et maintenant, c'est le fils du célèbre acteur Richard Dreyfuss qui accuse Kevin Spacey de l'avoir "peloté"

5 novembre 2017

C'est au tour de Harry Dreyfuss, fils du célèbre acteur américain Richard Dreyfuss, de se livrer. Dans une colonne publiée sur BuzzFeed, il raconte avoir été touché par Kevin Spacey (aka Frank Underwood dans House of Cards), sans son consentement. C'était en 2008, il n'avait que 18 ans. Spacey était si puissant dans le milieu du cinéma qu'il n'avait rien osé dire à l'époque.

Il est loin le temps où l'on voyait Kevin Spacey comme le puissant président des États-Unis, Frank Underwood, dans la série House of Cards. L'acteur est désormais au fond du gouffre, pris dans des scandales de harcèlement et d'attouchement sexuels, la plupart sur des jeunes hommes. Et la liste des révélations ne cesse de s'allonger de jour en jour.

Le dernier en date: Harry Dreyfuss, le fils de l'acteur américain oscarisé Richard Dreyfuss (qui a joué, entre autres, dans Les Dents de la Mer). Aujourd'hui âgé de 27 ans, Harry raconte, dans une longue colonne publiée sur BuzzFeed hier soir, comment Kevin Spacey l'avait "peloté" quand il avait 18 ans. Comme pour Anthony Rapp et les huit autres personnes qui ont témoigné contre lui anonymement, Harry n'avait jamais osé en parler avant, par peur de représailles.

Son père était dans la même pièce

C'était en 2008. Kevin Spacey travaillait avec Richard Dreyfuss dans une pièce intitulée Complicit, au théâtre The Old Vic à Londres. Harry rendait alors visite à son père pour les vacances de Noël. "C'est arrivé une nuit quand nous étions seuls tous les trois dans l'appartement de Kevin, à répéter le texte de mon père. Mon père n'a rien vu et je ne lui ai pas parlé de l'incident pendant de nombreuses années. Au lieu de cela, j'ai passé les neuf années suivantes à raconter l'histoire aux gens en soirée, pour rire", débute-t-il son récit.

Au départ, le jeune homme prenait les gestes de Spacey comme un comportement amical, et non pas comme des avances. Il n'aurait jamais cru qu'il puisse intéresser une star hollywoodienne dont il était "si excité de rencontrer". Mais très vite, Spacey s'est comporté de façon bizarre avec lui. "Il m'a vu et ses yeux se sont éclairés. Il m'a lancé un sourire très chaud et, au lieu de me serrer la main, il m'a fait un câlin", explique-t-il.

"Centimètre par centimètre"

Ensuite, Spacey est venu s'asseoir à côté de lui et a glissé sa main dans la sienne, enroulé ses doigts dans les siens, et l'a regardé droit dans les yeux en lui disant "ne sois pas timide". Un peu après, dans le salon, Spacey a carrément posé sa main sur sa cuisse, pendant qu'il lui faisait lire le script de la pièce. Et là, Harry a compris. "Ça m’a mis très longtemps pour voir clair dans son jeu, car jamais je n’aurais pensé que Kevin Spacey serait intéressé par moi. C’était un adulte, le patron de mon père, un héros pour moi. Aucune de ces trois catégories n’était dans mon radar pour des interactions sexuelles", se souvient-il.

Effrayé, Harry a alors changé de place, mais chaque fois, Spacey le suivait et revenait à la charge. Même quand Harry posait ses mains sur ses genoux pour lui faire barrage, il arrivait à faufiler sa main. "En l’espace d’une vingtaine de secondes, centimètre par centimètre, Kevin a déplacé sa main de ma cuisse jusqu’à mon entrejambe. Mon esprit s’est vidé. Soudain, il a fini son voyage. Et alors, il m’avait en entier dans sa main", développe-t-il.

"Si fier de lui"

Mais il est catégorique: jamais, il n’a montré à Spacey "de signal indiquant qu’il souhaitait que leur relation évolue dans ce sens". Ce qui le dégoûte le plus d'ailleurs, c’est le sentiment de "sécurité" que Kevin ressentait. "Il savait qu’il pouvait me caresser alors que mon père était dans la même pièce que nous et que je ne dirais pas un mot. Il savait que je n'aurais pas le courage. Et je n'ai rien dit", écrit-il enfin.

Il n'a fallu que quelques heures après la publication de sa tribune pour que Richard Dreyfuss réagisse. "J’aime mon fils plus que ce que je pourrais l’expliquer avec tous les mots du monde. Et je suis incroyablement fier de lui en ce moment ", a-t-il posté sur Twitter pour soutenir son fils.

Déjà lu?

Déjà lu?