© epa

"Ne nous sous-estimez pas, ne nous mettez pas à l'épreuve": Donald Trump envoie une sacrée pique à la Corée du Nord

8 novembre 2017

Trump continue ses visites d'État en Asie, next stop: la Chine! Mais hier, avant de quitter la Corée du Sud, le président des États-Unis a livré un discours plutôt musclé devant le parlement sud-coréen. Bien évidemment, une démonstration de force américaine dédiée à la Corée du Nord de Kim Jong-Un. 

Après avoir rencontré son homologue japonais, Donald Trump s'est ensuite envolé pour Seoul, la capitale de la Corée du Sud. Il est le premier président américain à faire une "vraie visite d'État" au Corée du Sud depuis près de 36 ans, le dernier président était Ronald Reagan. En effet, avant lui, Clinton, Bush et Obama ne sont rendus en Corée du Sud pour des voyages d'affaire, etc., mais jamais pour des visites État à proprement parlé.

En effet, c'est la première fois depuis autant de temps qu'un président américain bénéficie d'un tel accueil diplomatique. Il semblerait en effet que les leaders asiatiques mettent les petits plats dans les grands pour accueillir Trump et ses goûts de luxe, peut-on lire dans le Business Insider.

Deux discours, deux approches

Mardi, Donald Trump avait prononcé un discours inscrit dans une véritable volonté de faire preuve de diplomatie. En effet, le président américain s'était montré optimiste et plus pacifique quant à la situation avec son adversaire nord-coréen Kim. Joli coup de sa part étant donné que le président sud-coréen, Moon Jae-in, est évidemment favorable à une solution pacifique et opposé à toute action militaire dans cette région proche de son pays. Pour Trump, aller dans ce sens hier, c'était assurer le bon déroulement de sa visite diplomatique. Mais mercredi, aujourd'hui, Donald Trump, quasi en partance pour son prochain stop en Asie, la Chine, a livré un tout autre discours par rapport à la Corée du Nord, cette fois-ci, bien plus musclé.

"Le temps de la force est venu"

Devant l'Assemblée nationale sud-coréenne, Trump n'a pas mâché ses mots à destination de Pyongyang. "Toutes les Nations responsables doivent unir leurs forces pour isoler le régime brutal de Corée du Nord", a-t-il déclaré ce matin. Quelques heures avant de quitter la Corée du Sud pour la Chine, il a également déclaré en visant clairement la Chine et la Russie, alliés de Kim: "Vous ne pouvez pas soutenir, vous ne pouvez pas approvisionner, vous ne pouvez pas accepter". Trump a clairement voulu faire une démonstration de force et rappeler à la Corée que les États-Unis étaient à nouveau prêts militairement à faire face et que des milliards de dollars étaient investis sous son commandement.

"Nous ne laisserons pas les villes américaines être menacées de destruction", a-t-il déclaré. Il a également condamné le régime mis en place par Kim Jong-Un: "Loin de garantir l'égalité de ses citoyens, cette dictature cruelle les mesure, les note et les classe en fonction de critères arbitraires liés à leur fidélité à l'Etat". Ses propos tenus en Corée du Sud, étaient clairement un message direct adressé au dirigeant nord-coréen. Pour rappel, les tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord n'ont fait que s'intensifier depuis ces derniers mois, car la Corée du Nord n'a cessé de faire des tests sur des missiles nucléaire susceptible d'atteindre les États-Unis.

Déjà lu?

Déjà lu?