Vladimir Poutine et Donald Trump lors du Sommet à Danang au Vietnam.

© epa

Trump préfère croire Poutine plutôt que la CIA 

12 novembre 2017

Donald Trump a déclaré qu'il avait fini de confronter Poutine et la Russie pour avoir joué un rôle dans son élection en tant que président des États-Unis. Malgré que la CIA soit toujours formelle, Trump a déclaré qu'il prenait Vladimir Poutine au mot quand il dit que la Russie n'a pas interféré. 

Quand le directeur de le CIA, Mike Pompeo soutient que la Russie de Vladimir Poutine a bien interféré lors des élections présidentielles de novembre 2016, Donald Trump préfère ne pas en tenir compte.

Les deux leaders ne se sont pas rencontrés officiellement, mais ils ont pu échanger quelques mots lors d'un forum à Danang au Vietnam. Ils auraient notamment vite fait discuté de la crise avec la Corée du Nord et de la Syrie, et auraient fait des progrès, selon un tweet de Donald Trump. Mais ce dont ils ont aussi parlé, c'est des soupçons de la CIA envers la Russie pour son ingérence lors des élections présidentielles américaines de novembre 2016. Et à ce propos, Poutine aurait répété à Trump que la Russie n'avait pas joué de rôle. "Il m'a dit qu'il ne s'était absolument pas mêlé de notre élection" a déclaré Donald Trump ) bord d'Air Force One.

Et pourtant, c'est la CIA qui le dit

Donald Trump en a donc fini de confronter le président russe sur cette question d'ingérence. Selon lui, cela affecterait ses relations avec le leader russe. "Chaque fois qu'il me voit, il me dit 'je n'ai pas fait ça' et je le crois vraiment quand il me le dit", a-t-il encore déclaré à ce propos. "Je pense qu'il se sent très insulté par cela, ce qui n'est pas une bonne chose pour notre pays parce qu'encore une fois, cela nous aiderait beaucoup d'avoir bonne une relation avec la Russie pour la Corée du Nord, qui est notre plus gros problème en ce moment".

Mais le problème, c'est que c'est quand même l'agence de renseignements américaine qui persiste à dire que la Russie a clairement joué un rôle. Samedi, un communiqué de la CIA a pourtant clairement encore confirmé l'ingérence de la Russie. "Le Directeur soutient, comme il l'a toujours fait, le rapport de janvier 2017 intitulé: Évaluation des activités russes et de ses intentions lors des récentes élections américaines" a déclaré la CIA dans un communiqué en réponse aux remarques du président. "Le regard de la CIA n'a pas changé concernant l'ingérence russe lors des élections."

"Avoir une bonne relation avec la Russie est une bonne chose"

Comme à son habitude, Trump n'a pas tardé à faire une petite déclaration sur Twitter. "Quand est-ce que les "haters" et les imbéciles vont comprendre qu'avoir de bonnes relations avec la Russie était une bonne chose, pas une mauvaise chose. Il y a toujours des jeux en politique - c'est mauvais pour notre pays. Je veux résoudre les conflits en Corée du Nord, en Syrie, Ukraine, le terrorisme, et la Russie peut vraiment aider!" Dans un de ses tweets, Donald Trump en a également profité pour tacler son prédécesseur Barack Obama qui n'avait apparemment pas "d'alchimie" avec Poutine. Hillary aussi n'a pas été épargnée puisque Trump a tout simplement déclaré: "Est-ce que les médias Fake News se rappellent aussi quand Hillary Clinton, alors Secrétaire d'État, a supplié la Russie d'être notre ami avec un le bouton reset mal orthographié?".

Arrivé au terme de son tour en Asie, c'est la première fois que Trump qui a pourtant répété soutenir ses agences de renseignements, affirme si franchement qu'il pense que la Russie n'est pas intervenue lors es élections de l'année passée.

Déjà lu?

Déjà lu?