© epa

L'affaire va loin: Harvey Weinstein avait une liste secrète de noms et des espions personnels pour ne pas ébruiter l'affaire

19 novembre 2017

Le producteur d'Hollywood, aujourd'hui tristement célèbre, semblait avoir une stratégie bien réfléchie pour empêcher ses victimes d'aller voir la police et de faire éclater l'affaire. D'après une note retrouvée dans ses affaires, Harvey Weinstein avait établi une liste prioritaire de près de 100 noms que son équipe d'enquêteurs personnels devait tenir à l'oeil.

Harvey Weinstein cachait bien son jeu. Le producteur d'Hollywood accusé d'avoir harcelé voire violé de nombreuses actrices, telles qu'Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, Cara Delevingne, Léa Seydoux, Emma de Caunes, ou encore Lena Headey (aka Cersei Lannister dans Game of Thrones), avait visiblement une stratégie bien affinée pour éviter de faire éclater le scandale.

En effet, le journal britannique The Guardian a pu mettre la main sur une liste secrète contenant au total 91 noms d'acteurs, de publicistes, producteurs, professionnels de la finance, personnel des ressources humaines et autres employés de l'industrie cinématographique. Plus précisément: 48 femmes et 43 hommes. Toutes des personnes que Harvey Weinstein aurait ciblées dans le but d'empêcher qu'elles ne parlent à la police.

Une équipe personnelle d'espions

Que faisait-il avec cette liste? Il la transmettait à son équipe d'enquêteurs personnels pour qu'ils aillent se renseigner si toutes les personnes de la liste étaient au courant des accusations contre lui et si elles avaient l'intention ou non de rendre l'affaire publique.

Le document a été rédigé par Weinstein lui-même, au début de l'année. Soit environ neuf mois avant l'article du New York Times qui a révélé, le 5 octobre, les premières accusations de harcèlement sexuel contre lui.

Car il était très probable que les (vrais) enquêteurs et journalistes interrogent les personnes inscrites sur cette liste. Toutes étant au courant du mauvais comportement du producteur, quand elles n'avaient pas elles-mêmes été des victimes directes. Et puis, lorsqu'elles parlaient à ses espions personnels, tous leurs commentaires devaient être retransmis à Weinstein et à ses avocats.

Plus de 50 noms en rouges

En outre, plus de 50 des noms sur la liste ont été écrits en rouge pour indiquer à ses espions qui ils devaient aller voir en priorité. Parmi eux, on retrouve les noms des actrices Rose McGowan, Annabella Sciorra et Sophie Dix et de son ancienne assistante Laura Madden. Toutes accusent Weinstein de les avoir harcelées ou violées. Laura Madden étant d'ailleurs l'une des premières à avoir raconté comment Weinstein l'avait harcelée, à partir de 1991, pour lui faire des massages dans des hôtels à Dublin et à Londres.

Cette liste confirme à quel point tout Hollywood était au courant de la conduite de Weinstein, qui durait depuis des années. Elle montre également qu'il était conscient que le New York Times recueillait progressivement des témoignages pour faire éclater l'affaire.

En attendant, plus de 50 femmes de par le monde entier accusent Weinstein, mais le principal intéressé nie toujours catégoriquement chaque affaire.

Déjà lu?

Déjà lu?