© Getty

Pour ne louper aucun match pouvant provoquer des émeutes, la police de Bruxelles nomme un "agent football"

20 novembre 2017

La police de Bruxelles n'était pas prête samedi passé après la qualification du Maroc pour la Coupe du monde. Résultat: des émeutes ont éclaté dans la capitale et les forces de l'ordre étaient prises au dépourvu. Pour éviter que pareille situation se reproduise, la police de Bruxelles a inventé un nouveau job: un agent football. Explication. 

Depuis les émeutes qui ont touché Bruxelles après Côte d'Ivoire-Maroc, ce n'est pas la grosse ambiance au sein de la police bruxelloise. En effet, le chef de corps Michel Goovaerts est pointé du doigt pour ne pas avoir anticipé les évènements que l'on connait. Le bourgmestre Philippe Close l'avait par exemple bien chargé en déclarant avoir prévenu le chef de la police samedi après-midi que des débordements pourraient avoir lieu.

Depuis, Goovaerts s'est défendu en expliquant que personne au sein de la police ne s'attendait à cela. Il a ensuite tenu à recontextualiser les propos de Philippe Close: "Lors d’une réunion ce samedi-là, suite à un incendie à Drogenbos, il a simplement indiqué que le Maroc jouait dans le courant de la soirée et que les gens allaient peut-être faire la fête. Rien de plus. Pas un mot sur d'éventuelles émeutes" peut-on lire dans la DH. Mais à partir de maintenant, la police ne passera plus à côté de matchs à risque grâce à un nouvel agent: l'agent football.

Spécialiste foot

Dans 8 mois, la Coupe du monde battra son plein en Russie et ce sera à nouveau une période chaude pour la capitale. Du côté de la police, il faudra être prêt à chaque match à risque. Et ils le seront grâce à un policier spécialisé comme l'explique Michel Goovaerts dans la DH de ce lundi: "J’ai décidé de désigner un policier qui suivra désormais le calendrier international du football. Puisque le bourgmestre dit toujours que Bruxelles compte plus de 185 nationalités, désormais un policier veillera au planning de chaque rencontre!" Pas mal comme job pour un amateur de foot...

Pour Goovaerts, c'est aussi une manière de répondre au ministre de la Justice Koen Geens qui avait qualifié les policiers bruxellois "d'amateurs": "Je ne peux pas laisser passer cela. Après la visite de Trump à Bruxelles, nous avons reçu les félicitations du gouvernement. Et nous voilà traités d’amateurs à présent. Koen Geens nous demande chaque fois de faire face aux problèmes qu’il rencontre avec son corps de sécurité et j’ai refusé il y a peu d’envoyer nos policiers surveiller les détenus à la place du corps de sécurité" a déclaré le chef de corps. Petite gueguerre entre le ministre et la police?

Déjà lu?

Déjà lu?