© EPA

Emmanuel Macron dérape en répondant à une demandeuse d'asile: "Si vous n'êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays"

22 novembre 2017

En pleine campagne pour les Restos du cœur, Emmanuel Macron est interpellé en rue par une demandeuse d'asile marocaine. Venue en France pour aider ses parents malades, elle veut rester dans l'Hexagone par la suite et demander un visa. Le président français se lance alors dans une longue explication pour lui dire que ce ne sera pas possible. Mais certains des mots employés font polémique. Surtout dans ce contexte particulier.

Les détracteurs d'Emmanuel Macron vont avoir de la ressource. Ceux qui lui reprochent un double discours vis-à-vis de l’accueil des migrants. Les mêmes qui l'accusent d'être plus un homme de droite que de gauche.

À l'occasion du lancement de la 33e campagne hivernale des Restos du cœur, le président français est interpellé par une femme se présentant comme marocaine.

Venue en France pour aider ses parents hospitalisés dans l'Hexagone, la femme compte demander l'asile pour y rester. La réponse du président est ferme dans des images captées par CNews: "Si vous n'êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays".

Double discours

Il se lance ensuite dans une explication plus complète: "La France fait déjà énormément", rappelle-t-il. "Elle protège tous les gens qui relèvent de l'asile, qui ne sont pas en sécurité chez eux. Mais après, on ne peut pas accueillir tous les gens qui viennent sur des visas ou de commerce ou d'étudiant. Donc, après, il faut retourner dans son pays. Si vous n'êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays. Et au Maroc, vous n'êtes pas en danger."

Si les mots du président peuvent paraître sincères, c'est surtout le contexte qui pose question. En pleine campagne associative, ce n'est surement pas l'endroit idéal pour indiquer à quelqu'un, visiblement dans le besoin, de rentrer chez lui.

Aurélie Filippetti, ancienne ministre PS de la Culture pointe également le double discours d'Emmanuel Macron: "On voit qu'il a toujours un double discours. À la fois dans les instances européennes, il dit 'il faut accueillir plus de réfugiés' et en même temps quand il se trouve face à une dame qui est aux Restos du cœur, donc qui est dans la misère et qui a du mal à avoir des papiers alors qu'elle souhaite vraiment les obtenir. Il est dans la fermeture et le manque d'empathie", réagit-elle pour Le Point.

En attendant, la polémique enfle sur les réseaux sociaux.

Déjà lu?

Déjà lu?