© iStock

Pour préserver la santé des étudiants, des chercheurs suggèrent de faire commencer les cours à 10h

3 décembre 2017

Le vrai défi pour les étudiants ce ne sont pas les examens, c'est de se lever le matin. Alors voilà la nouvelle du siècle pour tous les lève-tard: une étude anglaise démontre que commencer les cours à 10h est 100% bénéfique pour les étudiants. En dormant plus, ils sont en meilleure santé et surtout: leurs résultats scolaires sont bien plus remarquables. 

Depuis des temps immémoriaux, les étudiants commencent les cours à 8h30. Pour certains, cela relève de la torture. Se lever si tôt n'est pas humain. Résultat, ils arrivent crevés en cours et ne suivent pas la moitié de ce que leur racontent leurs professeurs. Un groupe de chercheurs britanniques l'a bien remarqué et s'est penché sur la question.

Après deux ans d'observation dans une école secondaire anglaise, ils tirent le bilan, et celui-ci risque d'exciter tous les lève-tard. Ils ont en effet fait commencer les élèves à 10h au lieu de 8h30 pour éventuellement repérer des différences dans le comportement des étudiants.

Moins de malades, plus de résultats

On ne va pas tourner autour du pot: faire commencer les élèves plus tard a été 100% bénéfique pour eux. Les chercheurs ont remarqué qu'ils tombaient beaucoup moins malades et à long terme, leurs résultats scolaires s'amélioraient. Le docteur Kelley qui est à la base de l'étude explique que des problèmes de santé telles que l'obésité et la dépression sont souvent liés au manque de sommeil. Pour les éviter, il suffit donc de commencer les cours plus tard.

En fait, quand les enfants grandissent et deviennent adolescents, leur horloge biologique change et ils ont besoin de plus de sommeil pour rebooster leur cerveau. Bien plus que les adultes et les enfants: les adultes peuvent se contenter de sept heures de sommeil tandis que les ados en ont besoin de neuf. Le docteur Kelley est d'ailleurs persuadé que pour les ados de 18 ans, les cours devraient commencer à 11h voire 12h pour optimiser les performances des élèves. Mais bon, cela est très utopique.

Cercle vicieux

En fait, les ados se retrouvent dans un cercle vicieux dont ils ne peuvent s'extirper. C'est le professeur Russell Foster de l'université d'Oxford qui l'explique: "Les élèves dorment en moyenne cinq heures par nuit. Ce n'est tout simplement pas assez." Car pendant la puberté, le rythme circadien qui régit notre horloge biologique est repoussé de quelques heures. La libération de mélatonine, la molécule qui te fait dormir, se produit plus tard. Donc, les ados se couchent naturellement plus tard.

Ajoute à cela le besoin de sommeil élevé des jeunes et tu te retrouves avec un gros souci: ils se couchent plus tard mais ils ne peuvent pas suffisamment se reposer pour être en forme. Après, cela peut varier selon les individus et selon leurs propres rythmes. Le docteur Kelley tire alors la sonnette d'alarme: "Les étudiants ainsi que leurs parents devraient se rendre compte qu'il y a un problème. Cela ne concerne pas seulement le sommeil, c'est un problème de société."

Il demande donc aux écoles d'adapter leurs horaires et de les rendre plus flexibles. Cela n'est sans doute pas prêt d'arriver car il faut prendre en compte les professeurs qui n'accepteront sans doute pas de commencer plus tard pour finir plus tard, mais au moins l'idée est lancée et elle devrait séduire des milliers et des milliers de jeunes... N'est-ce pas?

Déjà lu?

Déjà lu?