© iStock

Tu payes probablement ta bière trop chère: AB InBev est soupçonné d'avoir abusé de sa position dominante

30 novembre 2017

La Commission européenne suspecte le brasseur AB InBev d'avoir abusé de sa position dominante sur le marché belge. Et si c'est bel et bien le cas, il se pourrait que l'on paye nos bières favorites, tels que Jupiler et Leffe, trop chères. Pas sympa tout ça! 

Les amateurs de bières ne vont pas du tout être contents, si les soupçons se révèlent véridiques, la Commission européenne non plus! En effet, celle-ci suspecte le brasseur AB InBev d'avoir empêché l'importation de bières moins chères sur le marché belge et par conséquent, d'avoir lésé le consommateur.

Trop chère, la bière

En France et aux Pays-Bas, dû à un marché plus concurrentiel, la bière est moins chère. En empêchant l'importation de ces produits sur le marché belge, AB InBev utilise sa position de force et oblige le consommateur a payé un prix plus élevé. Or cela est contraire aux règles de l'Union européenne qui garantissent aux consommateurs les avantages du marché unique, c'est-à-dire un choix large et des prix moins élevés.

Les emballages ont été modifiés

Si l'on en croit la Commission européenne, AB InBev aurait modifié les emballages de ses bières en France et aux Pays-Bas pour les rendre difficiles à vendre en Belgique. La stratégie? Enlever les textes en français sur les étiquettes des bières aux Pays-Bas pour empêcher de les vendre en Wallonie. Même processus dans l'autre sens, c'est-à-dire, enlever les textes en néerlandais sur les étiquettes des bières en France pour les rendre difficiles à vendre en Flandre.

On attend désormais qu'AB InBev réponde à la Commission européenne pour connaître le fin fond de l'histoire...

Déjà lu?