Rexit is coming! Trump va maintenant aussi virer son ministre des Affaires étrangères

1 décembre 2017

La Maison-Blanche a un plan pour se débarrasser de son ministre des Affaires étrangères Rex Tillerson et le remplacer par des fidèles du président Trump. 

Le nouveau "changement de personnel sismique" a été divulgué pour la première fois hier par le New York Times et maintenant c'est le Washington Post qui évoque le transfert de deux employés de la Maison Blanche.

Trump prévoit de remplacer Rex Tillerson dans quelques semaines par le directeur de la CIA, Mike Pompeo. On ne sait pas si Tillerson est prêt à partir, mais il semble que la Maison-Blanche a intentionnellement fait fuiter son plan comme pour avertir Tillerson.

Ce n'est un secret pour personne qu'entre Tillerson et Trump, ce n'est pas le grand amour. Tillerson est souvent énervé par le manque de connaissance du président et il en est même arrivé à le traiter d'"idiot" l'été dernier.

D'un autre côté, Trump ne s'est jamais privé d'attaquer son ministre des Affaires étrangères. L'un des moments les plus mémorables était il y a deux mois, lorsque les tensions ont augmenté entre l'Amérique et la Corée du Nord. Tillerson avait déclaré qu'il était toujours à la recherche d'une solution diplomatique et Trump lui avait répondu rapidement sur Twitter en disant que c'était un effort inutile.

Pompeo et Cotton

En partant, Tillerson laisse derrière lui un ministère totalement démotivé. D'ailleurs, le président attache peu d'importance à la diplomatie et il compte réduire le budget des Affaires étrangères d'un tiers.

Insatisfaits, un certain nombre de hauts diplomates ont déjà démissionné et de nombreux postes importants sont toujours vacants. De plus, la relation entre Tillerson et son équipe était extrêmement froide et le ministère partait souvent à la dérive.

Trump prévoit de placer le directeur de la CIA, Mike Pompeo, au poste de Tillerson. Le sénateur républicain Tom Cotton (de l'Arkansas) viendrait alors à la tête de la CIA. Cotton est particulièrement controversé: il est notamment adepte du waterboarding, une pratique consistant à simuler une noyade au prisonnier interrogé, qu'il ne considère pas comme de la torture. Il a également déjà déclaré que le bombardement de l'Iran était "la meilleure garantie de démanteler son programme nucléaire".

Les "T'es viré" du Président

Avec le départ de Tillerson, Trump va à nouveau perdre un membre important de son gouvernement. C'est symptomatique de la première année chaotique et tumultueuse de Trump, durant laquelle de nombreux membres de son cabinet ont fini par quitter le terrain.

Le président n'était pas encore à la Maison Blanche que celui qui devait être son directeur de communication Jason Miller quittait déjà le navire le 25 décembre 2016 après des révélations sur une affaire.

Le 31 janvier, Trump a limogé sa ministre de la Justice par intérim Sally Yates après que celle-ci ait refusé d'appliquer l'interdiction d'entrée aux musulmans sur le territoire américain (Muslim Ban).

Trump a viré son conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn le 13 février. Flynn avait menti à propos de ses contacts avec les Russes.

Le président a renvoyé le directeur du FBI James Comey le 9 mai. Suite à ce départ, un procureur spécial a été nommé pour s'occuper de l'enquête russe.

Le 27 juin, le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a démissionné pour protester contre la nomination du flambeur Anthony Scaramucci au poste de directeur de la communication.

Après une guerre de tranchées exténuante à la Maison Blanche, le chef d'état-major Reince Priebus a quitté le terrain le 28 juillet. C'est John F. Kelly, le ministre de la Sécurité intérieure, qui lui a succédé.

Il n'a pas fallu longtemps pour que Scaramucci soit éjecté. Après une semaine mouvementée au cours de laquelle il a déclaré la guerre au conseiller Steve Bannon et à Reince Priebus, Kelly l'a écarté le 31 juillet.

Kelly s'est ensuite occupé de Steve Bannon qui a été renvoyé le 18 août.

Une semaine plus tard, le 25 août, c'est le conseiller de la Maison-Blanche Sebastian Gorka qui a suivi.

Le 29 septembre, le secrétaire d'État à la Santé Tom Price a quitté le navire, après que Politico eut révélé comment le ministre s'était offert des voyages en jet privé sur le dos des contribuables.

Déjà lu?

Déjà lu?